• Cressay : hutte de jardin de l'ancienne cressonnière

    hutte-cressonnièreFin juin 2009, je commençai un cycle de formation multimédia à l’Ecole des Gobelins, composé de 6 stages s’étalant en discontinu de juin à décembre 2009. Je sortis très motivée du premier stage de conception interactive. 

    Puis en août, une habitante du hameau de Cressay qui avait eu connaissance de mes balades illustrées me demanda d’en écrire une sur son village et son ancienne cressonnière. Mon prochain stage à Paris était prévu fin septembre. Je m’activai donc pour avancer le plus possible dans cette balade afin de pouvoir l’offrir à Noël à sa commanditaire âgée de 80 ans. Les autres stages s’enchainèrent alors à une vitesse vertigineuse, soit de 14h à 20h chaque jour d’une semaine fin septembre, soit de 8h à 14h chaque jour de la mi-novembre à la mi-décembre. Je m’engageai également  dans la réalisation du dossier de presse de l'exposition internationale d’art mural à Versailles du mois d’avril 2010. La fin de l’année 2009 fut donc à tout point de vue très chargée !


    votre commentaire
  • Le saut-de-loup

    hahaAlors que j’étais en congé sabbatique depuis 3 mois, Renault annonça à la fin juillet 2008 un plan de départs volontaires. Encore une fois, je me positionnai en avant-gardiste puisqu’au sein de ce plan, l’une des solutions proposées était le congé sabbatique ! Mais dès le mois d’août, j’échafaudai le plan de pouvoir partir définitivement de l’entreprise et je dus attendre le mois d’octobre pour être assurée que ma situation de l’époque, en suspension temporaire de contrat, pouvait néanmoins me permettre de prétendre à ce plan dont la date butée était fixée au 30 avril 2009. S’engagea alors pour moi une longue démarche à domicile, mais accompagnée par Renault, de bilan professionnel qui devait confirmer, au fil des  étapes suivantes, la voie que je souhaitais prendre :
     
    1. Rétrospective de mon parcours professionnel : mes diplômes, ma formation continue, mes expériences, mes missions, mes acquis, ce que j’avais aimé dans ces missions, ce que je n’avais pas aimé, le tout pour aboutir à une courbe de satisfaction.
    2.
    Mes compétences, mes résultats au sein de mes principales réalisations.
    3. Mes souhaits professionnels, mes centres d’intérêt personnel.
    4. L’élaboration de mon projet : mes points forts, une éventuelle formation à envisager. Rédaction de mon CV


    Si je voulais bénéficier du plan, il fallait que je réintègre l’entreprise par anticipation pendant un mois, ce que je fis dans un climat tendu au mois d’avril 2009. Le 1er mai, j’optai pour un congé de reclassement pris en charge par Renault jusqu’au 31 janvier 2010.


    votre commentaire
  • land-art-chataigneLa nature, le jardin, le potager : terre, eau, branches, brindilles, feuilles, herbes, fleurs, cailloux, plumes, coquilles... Ingrédients composant un autre regard. Le LAND ART est une sculpture éphémère, la photographie en dresse un carnet au quotidien. Ce fut mon fils, qui me fit connaître cet art. En effet, ce fut le sujet qu'il retint pour son épreuve d'art visuel dans le cadre du concours des professeurs des écoles et à laquelle je le remercie encore de m'avoir associée. Il s'agit d'un art à la portée de tous qui respecte la nature et qui prend place en son sein même.

    Dans ce cadre, j’ouvris mon premier blog sur Orange. Quelques mois plus tard, l’opérateur prit la décision de fermer tous les blogs en nous permettant toutefois de sauvegarder leurs contenus. Mon blog de Land Art s'arrêta donc et je l'archivai sur mon site.

    Cette époque fut aussi l’occasion d’entrer en contact avec un grand artiste spécialisé dans cet art : Marc Pouyet.

    Puis, ce fut le moment pour moi de créer un nouveau blog, à vocation plus générale, sur la plateforme Overblog : Saut-de-Loup. Pourquoi ce nom ? me direz-vous. Eh bien... Parce que j'habite en face de lui, nommé aussi Haha et qu'il accueille le poumon culturel de Pontchartrain, médiathèque et foyer rural.  Et puis aussi... Parce que  j'aime tout simplement ce nom !


    votre commentaire
  • En quatrième de couverture de mon autobiographie de 2007 intitulée « Entre les lignes d’un curriculum vitae » figurent  ces quelques mots :

    couv-CVEmérance Bétis : rédactrice, illustratrice
    1981 – 2007 : Secteur de l’automobile
    ·         Attachée de communication
    ·         Logisticienne
    ·         Comptable
    1978-1981 : Secteur pétrolier
    ·         Comptable

    Mais que s’est-il donc passé pendant ces trois dernières années ? J’ai décidé aujourd’hui de vous le faire partager au travers des 5 articles qui vont suivre.

    Les lecteurs (encore peu nombreux : une vingtaine tout au plus) de la dite autobiographie ont très certainement perçu, d’un point de vue général, une grande lassitude dans ma vie de salariée, et en particulier, chez Renault. Dès les vacances de Noël 2007, j’envisageai  donc de faire un break via un congé sabbatique d'un an, motivé par l’ouverture d’un gîte à mon domicile. J’annonçai  la couleur à ma hiérarchie dès janvier 2008 pour pouvoir fuir le plus vite possible, 3 mois plus tard. Que ces  derniers furent longs et difficiles… difficiles et longs… Quel soulagement lorsqu’en vacances à Megève au mois de juin, je me libérai  enfin de toute dépendance morale vis à vis de l'entreprise. Même si je renonçais à mon projet de gîte, je m’épanouissais alors dans ma nouvelle activité : le Land Art.


    votre commentaire
  • pptComme je l’annonçais dans un précédent article, j’ai pour habitude de détourner le logiciel PowerPoint de ses fonctionnalités en me livrant notamment au Form’Art (graphisme par assemblage de formes géométriques). Vous pourriez alors me rétorquer : pourquoi ne pas utiliser un logiciel graphique tel qu’Illustrator ou Photoshop ? Et je vous répondrais : pour sa convivialité et sa facilité d’utilisation car lorsque j’ai découvert PowerPoint, il y a déjà 15 ans, je n’ai pas eu besoin de suivre de cours spécifiques pour le prendre en main : je me suis formée seule sans tâtonner, ce qui est assez rare ! Sans compter le grand avantage de pouvoir effectuer très facilement une mise en page complètement personnalisée : blocs de texte, de forme, d’image obéissent fidèlement au mouvement de la souris, sans être obligé de passer par un dédale d’outils et de menus…

    Et puis… je vous dirais aussi et surtout, que PowerPoint, faisant partie intégrante du PackOffice, n’occasionne pas de coût supplémentaire d’acquisition, pendant que tous les autres logiciels graphiques sont hors de prix !

    En me baladant ce matin sur Google, le mot clé PowerPoint m’a notamment  emmenée sur :
    La pensée Powerpoint, enquête sur ce logiciel qui rend stupide de Franck Fromme.

    Voici l’extrait de la présentation(rédigée) du livre sur le site de l’éditeur « La découverte » :
    « Franck Frommer présente la première enquête sur ce logiciel devenu incontournable. L’auteur, qui évolue depuis des années dans la « culture ppt », a visionné des centaines de présentations et analysé en profondeur la « pensée » PowerPoint, avec ses listes à puces, ses formules creuses et sa culture du visuel à tout prix. Où il apparaît que PowerPoint se révèle une puissante machine de falsification et de manipulation du discours, transformant souvent la prise de parole en un spectacle total où la raison et la rigueur n’ont plus aucune place. Plus grave, ce logiciel a fini par imposer de véritables modèles de pensée issus du monde de l'informatique, de la gestion et de la communication. Des modèles diffusés par des consultants à l'ensemble des activités sociales, distillant une novlangue particulièrement indigente qui n’a pas d’autre effet que de nous rendre stupides.»

    Si je suis d’accord, pour l’avoir expérimenté dans ma carrière en entreprise, sur l’effet réducteur produit sur le spectateur devant le défilement de slides truffés de chiffres et de graphes,  sans commentaires appropriés de l’orateur, je trouve que le titre du livre et sa présentation sont un peu trompeuses.

    En effet, le logiciel reste, par essence, un outil informatique mis au service de l’être humain et de sa pensée. En aucun cas, il ne peut être accusé de rendre stupide puisque ce sont les  utilisations que l’on en fait qui peuvent avoir des conséquences plus ou moins désastreuses ! La « Pensée Powerpoint » n’existe pas ; c’est plutôt la pensée de l’être humain se dévoilant au travers de ses présentations PPT qui doit être considérée ici comme réelle.

    Je n’ai pas lu le livre mais je ne doute pas que l'auteur mette plus en cause notre manière de travailler avec Powerpoint que la structure même du logiciel. Non, ce que je conteste, ce sont le titre et la présentation du livre qui, de prime abord, me semblent  pour le coup très réducteurs envers le logiciel et ses créateurs. Il fallait le souligner !

    Je préfère de loin l’humour du Général MacChrystal dirigeant les forces militaires de l’OTAN à Kaboul qui lorsqu’on lui présenta un slide montrant la complexité de la stratégie militaire américaine, avec des liaisons dans tous les sens, fit cette remarque : «Quand on aura compris ce slide, nous aurons gagné la guerre».


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires