• L’ancienne usine qui se situait, en direction d’Ergal, à la sortie du village d’Elancourt, a enfin été abattue. C’est une bonne chose compte tenu de l’état de délabrement dans laquelle elle se trouvait il y a encore quelques mois avec de plus la présence, de l’autre côté de la route, d'un lotissement flambant neuf !

    Je n’ai jamais vraiment su ce qu’on y fabriquait dans cette usine, peut-être des caddies et des présentoirs pour supermarché ? mais d’un point de vue esthétique, j’ai toujours détesté les toits de tôle  sur lesquels mon regard plongeait à partir de la porte-fenêtre de la maison de mes parents (située en surplomb de l’usine). Ce premier plan industriel venait systématiquement  gâcher mon champ de vision sur  la plaine.

    En revanche, d’un autre point de vue, les entrées et sorties des employés sur le chemin de Paris (ancienne voie gallo romaine rejoignant Jouars-Pontchartrain) apportaient indéniablement de la vie au quartier du bout du village. A la fin des années 60, la plupart des ouvriers et ouvrières venaient travailler, soit à pied, soit en mobylette. Seul, le patron arrivait dans une grosse voiture de l'époque.

    usine en activitéVue de chez mes parents à la fin des années 1960 

                                                                           (après reconstruction suite à un incendie)

    usine délaissée     terrain vague sept 2011

    Ruine en juin 2011 devenue un  terrain vague en septembre 2011

    lotissement sept 2011

    De l'autre côté de la route : lotissement 

                                                                           à l'endroit de l'ancienne carrière de sable

     


    votre commentaire
  • Comme annoncé dans mon article précédent, j'ai peaufiné mon trompe l'oeil aujourd'hui, et ma foi, je ne suis pas mécontente ! J'ai travaillé à nouveau les herbes, les fleurs, les feuilles, le cygne et le vieillissement de l'encadrement de fenêtre...

    Ars-en-Ré-terminé 

     


    votre commentaire
  • Du 19 au 22 septembre, j'étais conviée à un stage de trompe l'oeil à l'Ecole Sablé de Versailles. Chaque jour, de 8h30 à 17h30 (interruption d'une heure pour déjeuner) j'ai suivi les précieuses instructions de notre Maître Jean Sablé, en compagnie de 5 autres élèves. Renouvellement d'une fabuleuse expérience que j'avais déjà vécue fin 2004, autour d'un buis. Cette fois, nous avons réalisé notre oeuvre autour de lîle de Ré dans le nouvel atelier de Jean Sablé, dans un cadre de travail exceptionnel. Pour ma part, je dois peaufiner encore et encore, les herbes des berges, à mon domicile !

     

    Ars-en-Re-non-terminé Atelier-Jean-Sablé

      


    votre commentaire
  • brocante-Ergal
    Dimanche 18 septembre 2011 :

    Alors que le temps s'annonçe maussade, le soleil nous tient compagnie une bonne partie de la journée sur la place Diodurum qui commence à revêtir ses couleurs d'automne. L'air est très frais à 7h du matin. J'ai à peine le temps d'installer mon stand sous le barnum, gracieusement mis à ma disposition par une amie, que déjà quelques visiteurs se montrent intéressés par certains de mes objets. Au cours de la journée, je fais notamment deux heureuses  :

    - une jeune femme qui cherche depuis deux ans des patins à glace blancs pour les accrocher à sa porte d'entrée, à Noël

    - une autre femme qui a un coup de coeur pour mon serviteur de pics à escargots aux têtes de chats...

    Nous plions bagage à 17h30, bien fatiguées, juste avant la forte pluie de la soirée  ! 


    votre commentaire
  • Plaine de Jouars-Maurepas

    Lorsqu'on emprunte la voie gallo-romaine qui relie Jouars à Elancourt Village, les nuances de lumière envahissent l'esprit et incitent à prendre le pinceau !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires