• Entre 2 périodes de travaux chez moi et un mois "d'abstinence" en randonnée, quel plaisir de marcher avec 2 amies dans les hameaux de Pontchartrain sous une température clémente de 24 ° (carte de la boucle de 6 km). Pour voir le reportage complet, cliquez sur l'image (4 pages PDF).

    Boucle Chennevières - Moulin Neuf - La Richarderie


    votre commentaire
  • Pour voir le carnet complet, cliquez sur l'image

    Irma : nouvelle page dans mon carnet artistique

    Le roman de Vanessa Lafaye : Dans la chaleur de l'été, raconte parfaitement bien l'ambiance qui règne lors d'un ouragan dans les Keys


    votre commentaire
  • Depuis une semaine maintenant, les belles images que j'ai prises il y a 4 ans se succèdent nuit et jour dans ma tête pendant que je suis atterrée par la seule idée qu’elles sont devenues totalement virtuelles en l’espace de quelques heures…

    Pour celles et ceux qui souhaitent voir d'autres photos de l'île telle qu'elle était avant sa dévastation, merci de prendre contact (menu de gauche) ; je possède une photothèque d'environ 1500 photos.

    Saint – Martin avant Irma en 10 questions/réponses (fichier PDF)

    Extrait d’un récit de voyage non publié
    Ils s’y rendent en mars 2012 et février 2013 - leur 1er petit-fils a d’abord 3 mois puis, 14 mois -. L’île de Saint-Martin s’étend sur 90 km2 partagés par une frontière immatérielle suivant le traité de Concordia du XVIIème siècle qui est toujours en vigueur, me dit-elle, entre la France pour les 2/3 au Nord et les Pays-Bas pour le tiers restant, au Sud.

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

     

    Ils prennent un vol d’Air Caraïbes à partir d’Orly-Sud à destination de l’aéroport international de Princess Juliana (au sud-ouest de l’île, côté néerlandais). L’atterrissage est des plus impressionnants mais également des plus dangereux, entre autre pour les baigneurs : en effet, l’avion rase la plage de Maho Beach. Un restaurant-bar très américanisé, le Sunset, avance sur la mer afin que les touristes puissent mieux observer le trafic aérien lorsqu’en direct, la tour de contrôle y annonce l’arrivée des avions ! Mais certains sur la plage, au péril de leur vie, s’amusent à se placer pile poil en dessous des réacteurs de l’avion pour se laisser entrainer par leur appel d’air ! No comment…

    Pour plus de facilité dans son récit, elle me prévient qu’elle va suivre la route qui fait le tour de l’île, dans le sens des aiguilles d’une montre. À noter que le moyen de locomotion sur l’île est la voiture et plus particulièrement le 4/4 pour affronter les nids-de-poules. Leur fils est un des rares à posséder un véhicule de marque française ! À leur arrivée vers 15h30, il fait une température de 30°. Ils sortent de la zone aéroportuaire par le quartier hollandais des casinos et night clubs qui prend, parait-il, son petit air de Las Vegas à la nuit tombée, c’est-à-dire entre 18h et 18h30 toute l’année. Puis c’est l’étendue verte du golf ponctuée de palmiers avant de quitter sans s’en rendre compte la partie hollandaise à Cupecoy (Côte d’Azur Saint-Martinoise).

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    En France, ils laissent du côté gauche les Terres Basses, quartier de célèbres propriétés que l’on devine derrière des murs d’enceinte télé surveillée et des plages où l’on ne se bouscule jamais. Jusqu’à ce stade du trajet, elle a une impression de vie un peu trop aseptisée, me fait-elle remarquer… Puis c’est l’arrivée à Sandy Ground où elle commence à voir les cases dont on lui a tant parlé et des hommes, des femmes et des enfants dans la rue, sur leur pas de porte : la vraie vie, quoi !  Elle me précise que la population de Saint-Martin étant cosmopolite, d’origine haïtienne, dominicaine, indienne… et accueillant le tourisme de masse américain du côté hollandais, le créole et l’anglais y sont plus parlés que le français d’où d’ailleurs des difficultés majeures pour enseigner aux enfants dans notre langue officielle !

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma   Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Ils abordent la capitale française, Marigot, par son front de mer. Sur la gauche, l’esplanade où se tient un grand marché quotidien – c’est ici que leur petit-fils fera ses premiers pas en ville sans tenir la main d’un adulte, il a 14 mois et les marchandes noires en sont époustouflées. Une statue en hommage à ces marchandes - qu’elle reproduit en sable coloré -, un kiosque, la gare maritime et ses lolos (petits restaurants locaux).

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma


    votre commentaire
  • Depuis une semaine maintenant, les belles images que j'ai prises il y a 4 ans se succèdent nuit et jour dans ma tête pendant que je suis atterrée par la seule idée qu’elles sont devenues totalement virtuelles en l’espace de quelques heures…

    Extrait d’un récit de voyage non publié (suite)

    A Marigot, une promenade bordée de palmiers mène à la jetée en demi-cercle fermant la marina Saint-Louis. Ils y viennent  tous les soirs avec le bébé à la nuit tombée pour trouver un peu de fraicheur et admirer le spectacle des lumières du port et des yachts qui se reflètent dans la mer. De l’autre côté de la rue de la République, c’est le centre commercial de luxe « West Indies Mall » au pied du Fort-Louis qui a été construit en 1789 pour défendre la ville contre les invasions anglaises.  

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma

    Iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy avant Irma Ile de Saint-Martin avant Irma - page 1

    De Marigot, il ne reste plus que quelques kilomètres à parcourir pour atteindre Rambaud, lieu de résidence de leurs enfants. La route au bas du point culminant de l’île, le Pic Paradis (alt : 424m) devient pentue et plus sinueuse.  Au sein d’une végétation assez dense et sèche, les habitations ont toutes à leur entrée, en 2012,  des petits drapeaux de couleurs différentes. Elle m’explique que le côté français de l’île est alors en pleine période électorale et que chacun affiche ainsi sa préférence politique. À noter que Saint-Martin s’est détachée de la Guadeloupe depuis 2007 et est devenue une Collectivité d’Outre-Mer à part entière. Le bord de route est par ailleurs très vivant ! On y rencontre poules, coqs, hommes ou femmes attendant un bus ou un taxi qui n’hésitera pas à bloquer toute la circulation, très dense aux heures de pointe. Également des petits coups de klaxons réguliers entre conducteurs pour se dire merci ! 

    Le duplex de leurs enfants est agréable à vivre dans une résidence fleurie, notamment de bougainvilliers. Le matin, ils prennent le petit-déjeuner sur un balcon au chant des coqs et au « picorage » des oiseaux sucriers devant un mur de végétation, panoramique à 180° qui s’élève d’une immense ravine.

    La plage la plus proche est celle de Friar’s Bay, comprise entre la mer et l’étang Guichard où ils aperçoivent un gros iguane sur un îlet.  L’endroit est très coloré grâce aux parasols et au bois dans les tons jaunes orangés de son lolo parmi les palmiers vert tendre. Ici, son mari perd son porte-monnaie dans lequel se trouvaient quelques dollars, dans le sable fin ? au lolo ? il ne le retrouve pas et s’en achète un autre sur le marché de Marigot avec l’inscription Sint-Marteen.

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2 Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2Un peu plus loin, c’est Grand-Case, le plus pittoresque des bourgs de l’île avec ses cases colorées, ses échoppes, ses lolos où l’on mange des fricassés de lambis, demi-langoustes grillées, crabes farcis,  ribs, accompagnés de riz, pois rouges et banane plantin. En boisson, traditionnel Ti’Punch ou Planteur, bière blonde des Caraïbes pour lui et eau minérale de Chevreuse pour elle, le comble étant que celle-ci est bien souvent introuvable en région parisienne et encore moins dans les autres régions de la métropole. À noter que l’eau potable sur l’île est issue de la désalinisation de l’eau de mer et qu’elle peut se faire rare par moments et à un niveau minimum de pression sous la douche ! Puis ce sont les mardis de Grand-Case où la fête prend place le soir pendant 4 heures dans la rue principale devenue piétonne pour l’occasion : tous commerces ouverts, marché artisanal, concerts, défilés dansants aux couleurs du carnaval et difficultés, bien entendu pour se garer ! Le fameux carnaval de février, ils le découvrent en 2013 à travers la remarquable parade des écoles à Marigot.

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2 Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2

    Grand-Case, c’est aussi l’aéroport local d’Espérance, assurant les liaisons avec la Guadeloupe (à 250 km au sud).  C’est également le point de départ de leur promenade sur le voilier d’un ami de leur fils au Rocher Créole en direction du canal d’Anguilla - île britannique longue et plate qui porte bien son nom -. Ils prennent le repas du midi sur le bateau, plongent pour observer les poissons sauf elle, qui préfère se baigner à Petite Plage, au calme en fin d’après-midi en sirotant un cocktail à la mangue !

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2 Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2 Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2

    L’Anse Marcel se trouve tout au nord de l’île et est accessible par une étroite route très pentue gardée par des barrières. Ils y passent 2 ou 3 matinées en famille et avec des amis de leurs enfants au domaine de Longvilliers : petit-déjeuner dans un cadre idyllique servi à volonté au buffet, accès à la plage de sable fin et une eau de mer à 27-28°. C’est ici que le bébé de 3 mois et demi prend son premier bain de mer. Au nord-est, l’îlet Pinel est paradisiaque à une petite dizaine de minutes de traversée en bateau à partir de Cul-de-Sac – où vivait précédemment leur fils -, me dit-elle.

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2 Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2

    Ile de Saint-Martin avant Irma - page 2

     


    votre commentaire
  • Depuis une semaine maintenant, les belles images que j'ai prises il y a 4 ans se succèdent nuit et jour dans ma tête pendant que je suis atterrée par la seule idée qu’elles sont devenues totalement virtuelles en l’espace de quelques heures…

    Extrait d’un récit de voyage non publié (suite 2)

    En descendant plus encore au sud-est de l’île, on trouve sur la gauche une ferme aux papillons et les Salines. On arrive ensuite à Quartier d’Orléans où des jeunes se trouvent désœuvrés sur une placette près de l’école. La rue Carolita devient alors un chemin empli de nids-de-poules avant d’atteindre Oyster Pound qui s’ouvre sur l’océan Atlantique et où ils font escale en revenant de chercher leur petit-fils chez son nounou ! Puis c’est la marina Captain Oliver où ils prennent le bateau pour Saint-Barthélemy en 2013.

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3 L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3 L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    Pendant leurs 3 semaines de séjour en 2012, ils passent une semaine à l’hôtel Diamond Resort à Simpson Bay du côté néerlandais : suite avec coin cuisine, salle de bains, WC, lit king size, salon, terrasse. La plage est au pied de leur appartement où des transats préparés par un employé de l’hôtel ainsi que leur linge de bain les attendent, le matin. Les touristes américains cherchent régulièrement à échanger avec eux en anglais. Le jour de leur départ, le plagiste l’embrasse, elle, pour lui dire au revoir. Non loin de là à l’est, Philisbourg, la capitale hollandaise survolée par les pélicans, accueille de gigantesques paquebots. La ville regorge de boutiques détaxées de High Tech et de vêtements – il s’y achète des Levis Strauss –. Ils font quotidiennement l’aller-retour entre Simpson Bay et Rambaud. Du côté hollandais, très urbanisé, la route est bordée de part et d’autre de nombreuses cases ; lorsque son regard se pose à l’intérieur des quartiers, elle me dit que la pauvreté contraste avec le luxe des hôtels qu’ils viennent de quitter !

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3 L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    Elle préfère de loin le côté français qui souffre malheureusement d’une concurrence sans pitié de la part des hollandais (parité euro/dollar, réglementation différente, casinos qui n’existent pas du côté français…). En France, la nature est mise à l’honneur, c’est le pic Paradis au milieu de l’Île, c’est le village pittoresque de Colombier, c’est la Loterie Farm, domaine d’une ancienne sucrerie réhabilitée en espace naturel protégé. Ils y passent plusieurs moments inoubliables avec le bébé dans une piscine multi-niveaux d’eau de source – la seule de l’île - entourée d’une végétation tropicale luxuriante, au son de musiques douces et relaxantes. Ils y déjeunent au Tree Lounge : mahi-mahi (dorade), colombo de lambis, coleslaw, patates douces, gratin de christophine (sorte de courgette)… Elle m’apprend que l’établissement a subi un incendie en juillet 2015 mais qu’heureusement seule une partie a été touchée.

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3 L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    L'Ile de Saint-Martin avant Irma - page 3

    Non, m’affirme-t-elle, malgré les chaussures suspendues aux fils électriques en ville, Saint-Martin ce n’est pas, comme certains se plaisent à le dire, que débauche et fraude fiscale, drogue et délinquance, c’est également une douceur de vie qu’elle aimerait retrouver un jour. Elle revoit encore son fils et ses ami(e)s danser la salsa, un soir, sur le front de mer de Marigot. 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires