• Serge Aubin (Jean Yanne) sort de prison, après y avoir purgé une peine de 3 ans pour le vol de bijoux. À sa sortie, il va rejoindre son épouse Carla (Mireille Darc), qu'il croit être responsable de son emprisonnement et l'enlève, avec l'aide de son ami Michel (Michel Constantin)...

    Nos 3 compères n'ont plus d'argent et décident de braquer une station service sur la route de Thoiry. Le pompiste (Paul Préboist) est alors en pleine fête d'anciens chasseurs au 1er étage de la station. Armé, il descend pour servir ses clients. Le braquage de la caisse par Michel se termine en une véritable bataille de guerre lorsque le pompiste, pour venir l'épauler contre Serge et Michel, est rejoint par ses amis fêtards ... Quant à Carla, elle est instamment priée par son mari de déguerpir !

    L'ancienne station Esso est devenue de nos jours une entreprise de jeux extérieurs pour enfants.

    Laisse aller c'est une valse (1971) de Georges Lautner


    votre commentaire
  • Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le Tout-Paris n'a qu'un objectif : s'amuser pour rattraper les années perdues. Le comte Anne d'Orgel (Jean-Claude Brialy) et sa femme Mahé (Sylvie Fennec) donnent, dans leur hôtel particulier, réception après réception.

    Une représentation de "La Tempête" de Shakespeare est organisée chez les Orgel. Alors qu'une passion est née entre Mahé et François (Bruno Garcin), un invité de ces fêtes, ils seront amenés à la jouer dans la pièce de théâtre, en présence du comte...

    Alors qu'il est encore la propriété de la famille du grand mécène, Charles de Beistegui, le château de Groussay à Montfort l'Amaury prête son somptueux décor pour ce film, notamment son théâtre. Dans les années 2000, le domaine est racheté et restauré par Jean-Louis Remilleux (producteur, entre autres de, Secrets d'histoire ou Vu du ciel) qui l'ouvre à la visite du public. Il le revend en 2011. Le théâtre, me semble-t-il, n'est malheureusement plus visitable. En revanche, le parc et les folies de de Beistegui le sont toujours, en période estivale.

    Le bal du comte d'Orgel (1970) de Marc Allégret


    votre commentaire
  • Les diaboliques (1955) d'Henri-Georges Clouzot

    Victimes de la tyrannie de Michel (Paul Meurisse), Christina (Véra Clouzot) et Nicole (Simone Signoret), respectivement épouse et maîtresse, s'allient dans le crime pour en finir avec son cynisme. A partir de sa maison de vacances (à Montfort l'Amaury), Nicole se fait aider pour évacuer le corps de Michel reposant dans une malle. Pour plus de réalisme dans l'action, le réalisateur, Henri-Georges Clouzot impose lors du tournage que la malle contienne un être humain. Puis, ses habituelles exigences le conduisent à une répétition de prises qui en fait oublier le pauvre figurant dans sa malle !

    Fief du réalisateur, Montfort l'Amaury, servit de décor à plusieurs fims, notamment "Le Corbeau" en 1943.

    Les diaboliques (1955) d'Henri-Georges Clouzot


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique