• Un mur à quelques centimètres d'un autre

    Nous pensons tous que la propriété privée est un droit ultime en France. Il y a 2 jours, les ouvriers du chantier n'ont pas hésité à arracher le solin de la maison de mon amie qui les gênait pour monter le mur du local vélos. A contrario ils ont oublié de retirer la bâche de protection sur le mur de sa maison devenu ainsi inaccessible ! Sans compter l'étouffement permanent au sens propre (émission de poussières de toute nature) comme au sens figuré !


    votre commentaire
  • Que nous vaut soudain cet embellissement pour le moins bas de gamme ; crépi directement sur le béton : où sera l'isolation ? Volets et fenêtre : pas bien folichon ! Bravo à l'ancienne municipalité !

    Visite de futurs acquéreurs ?

    Vue à partir du jardin de mon amie, le 2 juillet 2020


    votre commentaire
  • Bien-être à Jouars-Pontchartrain

    Si c’est ça de retrouver la sérénité dans le bourg : concentrer 43 logements sur une si petite parcelle, en étouffant les propriétés voisines ?

    Si c’est ça de défendre notre patrimoine, en démolissant des vieilles habitations en pierre et leurs jardins pour les remplacer par du bêton de grande hauteur ? A noter que c’est  aussi ce qui est prévu rue de Montfort et au fond de Bienval nord, voire ailleurs !

    Si c’est ça de défendre l’environnement, en imperméabilisant les sols à ce point, en ramenant des centaines d’automobiles en centre-bourg sans possibilité d’élargir les rues, en ne prévoyant aucun espace de respiration pour les habitants. Rappelons que le dernier confinement est inédit dans notre pays mais qu’il nous guette de nouveau en Île de France compte tenu de sa concentration de population !

    De qui se moque-t-on : si c’est ça le bien vivre à Pontchartain, alors c’est prendre en otage la santé psychique de ses habitants !

    Bien-être à Jouars-Pontchartrain ?


    votre commentaire
  • Si vous souhaitez que ce désastre fasse tache d'huile dans le bourg, votez pour la liste du maire sortant ! Pour ma part, je ne suis pas prête de pardonner cette défiguration et encore moins les nuisances actuelles et futures occasionnées aux riverains directement impactés (dont je ne fais pas partie, je le précise). Et encore, ce n'est que le début de vie de ce bloc de béton sans verdure. Comment peut-on accorder un tel permis de construire à notre époque ?

    Article précédent

    Désastre du Clos Saint Louis


    votre commentaire
  • Les travaux ont repris pour masquer cruellement la maison de mon amie ainsi que son joli jardin... sans commentaire.

    Etouffement à petits feux


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique