• Et si la déviation de la RN12 m'était contée à Jouars-Pontchartrain

    A la fin du siècle dernier, il aura fallu une trentaine d’années pour que la décision soit prise de réaliser la déviation de la RN12 à Jouars-Pontchartrain, hésitant entre un tracé au nord de Neauphle-le-Château et un autre au sud du château de Pontchartrain. Avec 35 000 véhicules par jour, la situation devenait insoutenable pour les riverains. Le tracé Nord touchant une zone déjà bien urbanisée, celui du Sud fut retenu mais avec de fortes contraintes paysagères et environnementales. Préservation de :

    -  la perspective Le Nôtre de Sainte Appoline à Montfort via l’avenue du Château,
    -  la plaine agricole de Jouars,
    -  l’alignement d’arbres de l’allée de Jouars (3 arbres abattus)
    - la cité gallo-romaine de Diodurum avec fouilles préventives et ensevelissement sous la déviation,
    - le cadre de vie au hameau de Chennevières via une tranchée couverte.

    Pour voir le reportage complet (14 pages PDF) cliquez sur le plan ci-dessous 

    Et si la déviation de la RN12 m'était contée à Jouars-Pontchartrain

    A l’été 2001, Jouars-Pontchartrain organisa une grande fête sur la nouvelle voie 2000 avant sa mise en service. S’en suivit la sécurisation et la re-végétalisation des berges et merlons, des abords des bassins de rétention et  du dessus de la tranchée couverte, puis la réhabilitation de l’ancienne nationale en route départementale dans le centre-bourg (RD912). La Place Ronde fut ainsi restructurée et ses bâtiments furent inscrits à l’inventaire supplémentaire des bâtiments de France en 2002. Mais en 20 ans, force est de constater une recrudescence du trafic routier dans le bourg.

    Et si la déviation de la RN12 m'était contée à Jouars-Pontchartrain 

    Aujourd’hui, nous avons un axe structurant est-ouest entre bourg et parcelles agricoles qui s’intègre relativement bien dans le paysage remarquable de la plaine de Jouars. La tranchée couverte a été totalement végétalisée. A noter que malgré cela et la présence de hauts merlons en sortie de tunnel, un souffle lancinant monte vers le hameau de Chennevières et contribue largement à la pollution sonore de ses habitants !

    Une passerelle permet par ailleurs aux cervidés de traverser la déviation avant l’entrée du tunnel dans le sens Paris-province.  Mais il serait également judicieux de recréer des couloirs écologiques à hauteur des bassins de rétention entre la plaine et le Fond de Bienval ou le parc du château.

    « Pièce d'eau dans le parc du château de PontchartrainLes canards du Pré des Fontaines »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :