• La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    En 2014, nous nous étions promis de visiter la côte est. Nous nous étions déjà rendus au sud-est, plus précisément à 3 Rivières, pour nous embarquer vers les Saintes et notre attention avait été attirée par le site des Roches Gravées. De là cette année, nous remontons par étape le long de la côte.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Compte tenu d'un temps moyen, nous ne faisons pas les chutes du Carbet (avec de plus, un accès payant !) et privilégions une marche en forêt tropicale jusqu'au Grand-Etang. Ce dernier, entouré de collines, ressemble assez à un étang vosgien ou jurassien.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    En revenant par la D4, nous faisons un détour par le jardin de Cantamerle à L'Habituée. Bien que nous soyons les 2 seuls visiteurs et que nous passons les 10 premières minutes à errer dans un jardin qui semble plus ou moins abandonné, notre hôte nous rejoint pour nous guider sur le chemin des épices.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    L'économie de la côte est de Basse-Terre est principalement liée aux plantations de bananes.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Avant d'arriver à Capesterre-Belle-Eau, nous nous arrêtons sur l'allée Dumanoir (écrivain du XIX ème siècle) pour découvrir sa perspective de plus d'un kilomètre de long ainsi que celles de ses contre-allées, toutes 3 bordées de palmiers royaux.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Puis, Capesterre dépassée, nous nous attardons à gauche en bordure de la RN1 sur le Temple hindou de Changy, le plus grand des 400 temples guadeloupéens.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Un peu plus loin, avant d'entrer dans Sainte-Marie, nous recherchons avec quelque difficulté le lieu de débarquement de Christophe Colomb en 1693. Après moult détours dans des rues en travaux, nous finissons par rejoindre un magnifique bord de mer malheureusement souillé de détritus !

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Et nous terminons notre périple par le Jardin d'eau enchanteur de Blonzac, juste après Goyave. La visite est ponctuée d'un récit mettant en scène la rencontre d'une gouttelette d'eau et d'un ouassou (écrevisse dont la culture est pratiquée à l'entrée du site).
    Nous faisons tout d'abord un vœu en lisant à voix haute le Serment des Chevaliers de l'Ordre de la Nature au pied de la Roche qui pleure.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Nous découvrons ensuite le lac a Manman Dlo, déesse des mers.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    Nous nous rafraichissons dans la piscine de la rivière La Rose en compagnie de 4 autres visiteurs avec lesquels nous bavardons. Dommage que le soleil se cache à ce moment-là. Puis nous montons vers la table d'orientation.

    La côte au vent de Basse-Terre (côte est)

    « Une expérience cuisante à Thomas de BouillanteSommaire de mes voyages aux Antilles »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :