• Il y a longtemps que je souhaitais me rendre au pied du volcan.

    Tout d'abord, je suis étonnée par la ville de Saint-Claude construite sur des pentes assez raides : un joli bourg montagnard sous les tropiques ! et une température plus modérée que sur la côte que nous venons de quitter.

    Au pied de la Soufrière : Saint-Claude

    Le sommet de La Soufrière étant presque toujours dans les nuages, ce jour ne le dément pas et nous n'avons aucunement l'intention de le gravir mais aimerions seulement rejoindre les Bains Jaunes, point de départ de la randonnée. Alors que la route principale est déviée dans le bourg, nous nous trompons de chemin et nous passons devant la Maison Barracq, seule maison à colombage en Guadeloupe, construite en 1850 par les militaires et qui servit de geôle aux esclaves rebelles. Nous sortons du bourg et passons sur un pont étroit avant de laisser de côté la Rivière Rouge. Puis nous continuons et persévérons sur une toute petite route qui se transforme progressivement en un sentier bordé de haute végétation ne laissant passer qu'une seule voiture ! Nous décidons enfin de rebrousser chemin à hauteur d'un hangar pour nous trouver nez à nez avec un autre véhicule dont la conductrice nous renseigne aimablement : aventure quand tu nous tiens !

    Au retour, nous nous arrêtons à la Rivière Rouge dont l'eau est la plus froide de Guadeloupe ainsi qu'à la chapelle du vœu de Matouba que nous avons repérée à l'aller. Celle-ci a été édifiée en 1958 suite à une intense activité volcanique.

    Au pied de la Soufrière : Saint-Claude

    Nous passons de nouveau dans la ville de Saint-Claude et continuons la route pentue, que nous avions quittée entre le campus et la médiathèque, pour aller jusqu'aux Bains Jaunes. Les militaires de Saint-Claude y édifièrent en 1947 une maison de convalescence qui devint ensuite un refuge pour les randonneurs. Nous sommes ici en pleine forêt tropicale au bord d'un bassin d'eau naturelle, chargée en soufre et en fer. La baignade y est tentante à condition de ne pas plonger la tête dans l'eau qui oscille entre le vert et le bleu à 26 - 30° mais qui peut héberger des amibes.

    Au pied de la Soufrière : Saint-Claude


    votre commentaire
  • Un peu déçue par ce voyage au fond de la mer autour de l'îlet Pigeon (Réserve Cousteau) censé remplacer la plongée sous-marine pour ceux ou celles qui ne la pratiquent pas. Cher payé pour peu de lumière en raison du soleil qui jouait à cache-cache, une eau un peu trouble, pas de végétation mais une roche volcanique, peu de variété de poissons... J'ai de loin préféré la mangrove avec Nico à Sainte-Rose.

    Voyage sur le Nautilus (bateau à fond de verre)


    votre commentaire
  • Beaucoup de pédagogie de l'animatrice pendant la démonstration/dégustation. J'ai été enchantée par le gout de la liqueur rhum/chocolat et le beurre de cacao qui possède de nombreuses vertus pour la peau et qui sent délicatement le chocolat :

    - apaisement des démangeaisons de piqures d'insectes, eczéma, psoriasis
    - cicatrisation des petites blessures de la peau, gerçures, coups de soleil
    - hydratation, prévention des rides et vergetures

    Seul hic, la pâte dure doit être réchauffée pour pouvoir l'appliquer sur la peau !

    La Maison du Cacao à Pointe Noire

    Nous avons effectué la visite sur le coup de midi et sommes allés déjeuner ensuite aux Délices Caraïbes en remontant vers Deshaies.

     


    votre commentaire
  • Ayant suivi un reportage télévisé sur ce restaurant appartenant à une ancienne "Claudette", j'ai voulu le tester. Cadre agréable, nourriture de qualité mais pas exceptionnelle, prix plus élevé qu'ailleurs, nous y avons passé un bon et long moment. En revanche, Clara s'est imposée au téléphone en maîtresse femme de mauvaise humeur  pendant une bonne partie de notre repas !
    Nous sommes par ailleurs retournés à l'Arc en Ciel Tropical de Vieux-Habitants où nous n'avons pas été déçus.

    Chez Clara à Sainte-Rose


    votre commentaire
  • Il parait que nous n'avons rien raté du Noël traditionnel 2015 puisqu'il s'est déroulé au balcon en métropole ! Néanmoins, à 28 - 30° en Guadeloupe ce fut surprenant de découvrir un beau sapin blanc chez nos enfants. Les décorations communales y sont, me semble-t-il, moins nombreuses qu'en métropole mais les initiatives privées plus fréquentes.

    Hors de question de passer à côté du Chanté Nwel qui prend place un peu partout durant le mois de décembre, et plus particulièrement le 22 à Sainte-Rose. A côté du marché de Noël, le groupe Boukoussou enflamme le public autour de son répertoire de cantiques en créole : irrésistible !

    Chanté Nwel à Sainte-Rose
    Vidéo Nwèl Boukoussou


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique