• Grande Terre : des plages de sable blanc sous un climat sec

    Le cimetière de Morne à l'eau est de loin le plus grand et le plus pittoresque de la Guadeloupe avec ses petites maisons en damier.

    Grande Terre : des falaises sous un climat méditerranéen

    Lorsqu'on monte vers le nord à partir de Morne à l'eau, ce sont des champs de canne à perte de vue. Puis, ces derniers laissent leur place à une végétation méditerranéenne en bordure de l'unique route menant à la Grande Vigie. Nous sommes là à la pointe septentrionale de l'île qui plonge directement dans l'océan.

    Grande Terre : des falaises sous un climat méditerranéen

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Grande Terre : des falaises sous un climat méditerranéen

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En revenant nous passons par le village de vacances CCAS d'Anse Bertrand avant de nous arrêter déjeuner à Port Louis.

    Grande Terre : des falaises sous un climat méditerranéen

    Puis nous terminons notre périple sur Grande Terre par l'incontournable visite des anciennes marches des esclaves qui permettaient de relier le débarcadère au bourg de Petit Canal. Le débarcadère est devenu un charmant petit port de pêche.

    Grande Terre : des falaises sous un climat méditerranéen

     


    votre commentaire
  • Grande Terre : des plages de sable blanc sous un climat sec

    Nous ne l'avions pas parcouru lors de notre 1er voyage et voici chose faîte ! J'ai enfin pu récupérer différentes variétés de sable blanc venant compléter celles prélevées sur Basse Terre (grain plus gros et plus foncé allant jusqu'au gris). Protégée des pluies bloquées par la barrière montagneuse de Basse Terre, le climat y est bien plus sec.
    Grande Terre : des plages de sable blanc sous un climat sec

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Grande Terre : des plages de sable blanc sous un climat sec

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Grande Terre : des plages de sable blanc sous un climat sec

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Le bourg de Sainte Anne est très vivant avec son marché. Nous avons mangé d'excellents ouassous (grosses crevettes de rivière) dans un des lolos en bordure de plage avant de nous rendre à la Pointe des Châteaux. Le mois de mai se situant au début de la saison basse, nous avons évité le rush touristique pendant tout notre séjour.

    Grande Terre : des plages de sable blanc sous le soleil

     


    votre commentaire
  • L’objectif étant de profiter au maximum de nos enfants ainsi que de leur belle maison et piscine à Sainte-Rose, nous nous limitons pendant cette dizaine de jours (du 17 au 26 octobre) à la visite de Basse-Terre. Ce qui, je l’avoue, n’est pas fait pour me déplaire, toujours plus attirée que je suis, par les reliefs et la végétation que par les grandes plages touristiques. Saison des pluies oblige, nous avons droit au moins à une grosse averse par jour.

    Nous nous baignons dans les rouleaux de Cluny (une des plages de Dehaies) : massages assurés mais vigilance de circonstance ! Déstabilisée par les vagues, je bois la tasse (très salée) à 3 reprises.

    N'oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir !

    10 jours sur Basse-Terre en Guadeloupe

    Le jardin botanique de « Déhé » est, comme attendu, une merveille de fleurs et de végétation luxuriantes. L’ancienne maison de Coluche n’est pas accessible, devenue une résidence locative privée.

    10 jours sur Basse-Terre en Guadeloupe

    Nous nous rendons à la cascade des Écrevisses une fin d’après-midi. La forêt est très dense et la nuit tombant à 17h45, la cascade et son réservoir sont sombres. Ce qui n’empêche pas de nombreux baigneurs d’y plonger pour se rafraîchir !

    10 jours sur Basse-Terre en Guadeloupe

    J’ai décidé de ramener plusieurs sortes de sable pour m’adonner à mon activité de tableaux en sable. J’ai déjà collecté du sable doré des Saintes et de Cluny, nous allons maintenant du côté de Pointe Noire pour récupérer du sable gris volcanique. Et là, nous tombons fortuitement sur le fléchage de l’atelier Rêve de Sable, nous y faisons escale pendant plus d’une heure !
    À Bouillante, nous repérons le voilier de Yann que nous avons connu à Saint-Martin.

     

    Nous ne visitons pas le musée du rhum mais nous nous rendons sur les vestiges d’une des plus anciennes sucreries de Guadeloupe, à côté de la résidence hôtelière du Comté.

    10 jours sur Basse-Terre en Guadeloupe

    Quant au parc zoologique des Mamelles, un ravissement de voir tous les animaux évoluer au sein de cette végétation mais pas toujours facile de les faire entrer dans la boîte à photos ! Tous, sauf moi et notre petit de moins de 2 ans prennent plaisir à marcher ou courir sur les allées suspendues à 20 mètres de haut...

    10 jours sur Basse-Terre en Guadeloupe


    votre commentaire
  •  

    Après 2 jours de repos à Sainte-Rose, nous découvrons tout d’abord, pendant le premier week-end, l’archipel des Saintes et plus particulièrement, Terre de Haut. Pour cela, nous traversons Basse-Terre de la Guadeloupe du Nord au Sud, sur environ 60 km, jusqu’au lieu d’embarcation prévue à 8h30 à Trois Rivières. 20 minutes de traversée sur Antoinette pour parcourir les 15 km qui nous séparent de l’archipel.

    N'oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir !

    Un week-end sur l'île des Saintes (Guadeloupe)Découvert par Christophe Colomb à la période de la Toussaint, l’archipel porte désormais bien son nom de « Saintes ». Les origines de la population de Terre de Haut sont essentiellement bretonne, normande et vendéenne. Ainsi les habitants ont majoritairement la peau et les yeux clairs alors que ceux de Terre de Bas, terre d’accueil des esclaves dans les temps reculés, sont noirs.

    Nous abordons ici l’une des plus belles baies au monde avec à sa gauche la maison bateau, résidence de médecins, et à sa droite, le pain de sucre.

    Un week-end sur l'archipel des Saintes (Terre de Haut)

    Première formalité à notre débarquement avant de nous rendre à notre villa : louer un scooter pour les enfants et une voiturette électrique pour nous.

    Nous remontons la rue commerçante, laissons sur la gauche l’office du tourisme, l’église Notre-Dame-de-l’Assomption puis la mairie avant d’arriver à notre villa, rue de Grande Anse. La vue sur la baie à partir du 1er étage est à couper le souffle !

    Un week-end sur l'archipel des Saintes (Terre de Haut)

      

    Un week-end sur l'île des Saintes (Guadeloupe)

    Puis nous filons vers la plage de Pompière bordée de palmiers et palétuviers pour nous baigner dans une eau à environ 28° avant d’aller déjeuner chez la mère de notre belle-fille ;  au menu : délicieux colombo. La vue à partir de la terrasse est également époustouflante avec la colline du Chameau à droite, l’Anse du Figuier au fond, un champ investi par les cabris à gauche.

    Un week-end sur l'archipel des Saintes (Terre de Haut)
    En fin d’après-midi, nous nous rendons par la côte vers le Fort Napoléon, alors que le plus gros flot des touristes a déjà repris le bateau pour la Guadeloupe. Après avoir rendu la voiture électrique, nous sommes de retour à notre villa entre 17h30 et 18h00. A la tombée de la nuit, nous sommes dévorés par les moustiques ! Puis, nous nous préparons pour un restaurant au 1 Ti Bo Doudou avec au menu, un maigre de thon qui fond dans la bouche, les pieds dans le sable, voire même presque dans l’eau…

    Un week-end sur l'île des Saintes (Guadeloupe)

    Le lendemain matin, nous allons prendre un sympathique petit-déjeuner à la terrasse d’une boulangerie avant de faire quelques emplettes dans la rue principale. Nous sommes obligés de nous abriter pour cause de grosse averse. Femmes et fillettes se sont mises sur leur trente et un pour assister à la messe du dimanche dont les cantiques emplissent tout le quartier. Nous décidons ensuite de remonter à pied la rue de Grande Anse jusqu’au cimetière tout orné de lambis et qui, d’ici 2 semaines, sera illuminé de milliers de bougies pour la Toussaint ; malheureusement nous serons à ce moment-là de retour en métropole…

    Un week-end sur l'île des Saintes (Guadeloupe)

    Un week-end sur l'île des Saintes (Guadeloupe)

     Nous dépassons le cimetière et poussons jusqu’à Grande Anse sous la pluie ! L’océan est quelque peu en colère.

    Un week-end sur l'archipel des Saintes (Terre de Haut)
    De retour à notre villa, notre fils fait des allers et retours en scooter pour nous emmener déjeuner, comme la veille, chez la mère de notre belle-fille ; au menu : excellent court-bouillon de poissons.
    Nous repartons pour la Guadeloupe par le bateau de 16h, chargés d’une glacière contenant 5 langoustes royales que nous dégusterons le lendemain à Sainte-Rose mais toutefois sans tourments d’amour (petits gâteaux ronds à la noix de coco vendus à l’embarcadère) qu’on nous offrira juste avant notre retour en métropole.

    Un week-end sur l'archipel des Saintes (Terre de Haut)
    Une ambiance particulière et chaleureuse sur cette île de Terre de Haut qui vit au rythme de la pêche matinale à bord de ses célèbres saintoises puis, des touristes qui viennent pour la journée avant que le calme ne revienne en soirée.
    Entre-aide et échange sont les maître-mots au sein de la communauté saintoise de Terre de Haut où tout le monde se connait. Une île inoubliable comme celle de Saint-Barthélemy, mais en plus authentique. Un climat plus sec que sur Basse-Terre de Guadeloupe (comme à Saint-Martin). Terre de Bas sera absolument à découvrir une  prochaine fois. En espérant que le couple de dauphins et son bébé que nous n'avons malheureusement pas vus seront toujours dans la baie à notre retour aux Saintes !

    Pour en savoir plus sur Saint-Martin et Saint-Barthélémy


    votre commentaire
  • Hormis ses plages paradisiaques et ses espaces naturels préservés, l'île de Saint-Martin a pour particularité de constituer le plus petit territoire au monde partagé par 2 nations (sur 90 km2, la France pour 2/3 et la Hollande pour 1/3). Ses 70000 insulaires forment une population cosmopolite d'origines très variées telles Haïti, République Dominicaine, France, Pays-Bas, Inde... au sein de laquelle noirs, blancs et métis cohabitent et circulent en harmonie de part et d'autre d'une frontière immatérielle.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique