• - PLAINE DE JOUARS - DIODURUM - FERME D'ITHE

    La Plaine de Jouars a fait l'objet d'un avant - projet artistique "Poétique du Paysage" en 2013 suivi d'un Plan Paysage et Biodiversité (PPB) en 2014 et 2015.

    La charte 2011-2023 du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse qui a été signée, rappelons-le,  par toutes les communes du parc,  se donne pour objectif de couvrir l’ensemble du territoire par des Plans Paysage Biodiversité au titre de la loi du paysage de 1993 et de la convention européenne du paysage de 2006. Dans ce cadre, le PNR a mené en 2014 et 2015 un plan sur la Plaine de Jouars à Montfort. 

    Au sein même de cette plaine, sous les terres sud du château de Jouars-Pontchartrain et de la déviation de la RN12,  se trouvent la plus grande cité gallo-romaine d'Île-de-France : Diodurum ainsi que l'ancienne ferme cistercienne d'Ithe.

    Depuis 2004, l'APSADIODURUM avec l'archéologue - architecte, Olivier Blin, travaillent d'arrache-pied pour valoriser cette richesse patrimoniale exceptionnelle.

  • De par son patrimoine, son paysage et sa biodiversité. N'oubliez pas de cliquer sur l'image pour l'agrandir.

    Les richesses de Jouars-Pontchartrain

     


    votre commentaire
  • L'A.G de l'APSADiodurum (ville gallo-romaine) s'est tenue le 16 mars 2019.

    Nous pouvons nous réjouir du travail considérable accompli par les bénévoles depuis 15 ans grâce aux subventions des communes adhérentes et aux chantiers-écoles menés sous l’égide de notre expert archéologue, Olivier Blin. Toute cette mobilisation autour de la ferme d’Ithe conduit aujourd’hui à franchir le pas pour atteindre une autre dimension avec le projet d’ouverture d’un CIAP (Centre d’Interprétation d’Architecture et du Patrimoine) in situ sur la commune du Tremblay-sur-Mauldre, subventionné par la DRAC.

    Selon la brillante Alexandra Bish, architecte de la maquette présentée lors de l'AG, le bâtiment s'étirerait le long de la RD23 avec une entrée du côté sud, un module réservé aux bénévoles, un module CIAP, un autre consacré à la recherche, puis un autre à la fouille. Une structure en bois, modulable, bâtie sur pierres, ouverte sur la plaine.

    Un centre d'interprétation à la ferme d'Ithe 

    Ce CIAP pourrait s’inscrire à terme dans un projet plus vaste du bassin de la Mauldre sous la forme d’un Programme Collectif de Recherche, du moins Olivier Blin œuvre-t-il dans ce sens. Il va sans dire que ce programme pourrait devenir très porteur pour notre Communauté de Communes, St-Rémy l’Honoré, Le Tremblay, Jouars-Pontchartrain, Neauphle-le-Vieux, Villiers-St-Frédéric, Beynes étant plus particulièrement baignées par la Mauldre.

    Pour mémoire : CIAP
    Un Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine est un établissement culturel de proximité ayant pour objectifs la sensibilisation, l’information et la formation de tous les publics à l’architecture et au patrimoine du territoire du Pays d'art et d'histoire. Sa création est demandée dans la convention du label Pays d’art et d’histoire signée entre la collectivité et le Ministère de la culture.


    votre commentaire
  • JOUARS-PONTCHARTRAIN : centre témoin de son évolution

    Une vision très personnelle qui s’appuie sur les points forts de notre territoire ainsi que sur la recherche d’une valorisation globale qui pourrait faire la différence. Sa réalisation est certes tributaire du caractère privé du château et de son parc mais je pars du principe que certaines composantes sont toujours négociables. Cette vision offre l’avantage de pouvoir couvrir quelques besoins en logements sociaux avec de jeunes adultes d’origines variées sans être amenés à multiplier le nombre de logements pour préserver la mixité sociale.

    Situation de Jouars-Pontchartrain :
    - 35 km de Paris, 18 km de Versailles, 10 km du centre de Saint-Quentin-en-Yvelines, 20 km de Saclay
    - axe routier RN12
    - gare VSF
    - réseau local de dessertes à développer (bus, voiturettes électriques ou autres...)
    - pas d’activité phare pour le moment

    Une dimension « Paysage et patrimoine » hors du commun :
    -
    Pontchartrain, porte qui s’ouvre sur un des poumons verts de l’ouest parisien : la plaine agricole de Jouars à Montfort
    - Pontchartrain, porte qui s’ouvre sur la plus longue perspective de 13 km dessinée par Le Nôtre : de Sainte Apolline à Montfort
    - Pontchartrain en lien direct avec Versailles (histoire du château)
    - Pontchartrain, découvreur du Nouveau Monde (jumelage avec la Louisiane)
    - Pontchartrain, la plus grande ville gallo-romaine souterraine d’Île-de-France (Diodurum)

     

     

    VISION HORIZON 2030 
    Pontchartrain, niche d’excellence en Île-de-France (absente du Paris-Saclay) pour l’étude et la recherche en archéologie, l’histoire, l’architecture et le paysage.

    En liaison avec :
    - les universitaires
    - les écoles d’architecture et du paysage de Versailles
    - l'ApsaDiodurum, les réseaux de REMPART et des Maisons Paysannes
    - le CHEP du Tremblay et le lycée professionnel Viollet Le Duc de VSF

    Création d’un MINI CAMPUS, unique en Île-de-France – allant de l’archéologie, des différents métiers du patrimoine bâti (tailleur de pierre, couvreur,…), du paysage à celui de maître d’œuvre.
     
    Champ d’application : mise en exergue de Diodurum (reprise des fouilles notamment autour du théâtre), création d’un Centre d’Interprétation à la ferme d’Ithe, création de voies douces le long de la Mauldre, restauration du château et de son parc (école, logements, restaurant, bibliothèque, ...).


    Avantages :

    - accueil d’une population jeune en RESIDENCE (stagiaires, apprentis, étudiants et chercheurs)
    - échanges internationaux
    - restauration d’un patrimoine de 18 siècles dans un parc paysager accessible au public : notre identité
    - tourisme intercommunal

    A MEDITER !

    I have a dream : Jouars-Pontchartrain à l'horizon 2030

     


    votre commentaire
  •  

    Diodurum et ferme d’Ithe : un grand pas vers un centre d’interprétation des 2 millénaires passés
     Jean-Claude Golvin, Gaule – Diodurum (Jouars-Pontchartrain, Yvelines) – vue d’ensemble, aquarelle, Musée Départemental Arles Antique - Source image :
    Jean-Claude Golvin

    Le 17 décembre 2016 à Méré, le Conservateur Général du Patrimoine d’Île-de-France (rattaché au Ministère de  la Communication et de la Culture), M. Stéphane Deschamps, a annoncé officiellement qu’il était prêt à aider financièrement l’APSADiodurum  (Association pour la Promotion du site Archéologique de Diodurum), ceci en présence du Président de l’association, M. Michel Recoussines, des maires membres de l’association ou de leurs représentants, et de M. Olivier Blin, archéologue-architecte du site.

    En effet, comme il a été rappelé lors de la séance, le site de 40 hectares est exceptionnel de par la qualité de sa conservation dans la nappe phréatique et de par sa continuité d’occupation de l’antiquité aux temps modernes, en passant par le Moyen-Âge (la ferme d’Ithe était cistercienne et rattachée aux Vaux de Cernay). De quoi, donner une autre dimension aux actions engagées par l’association (soutien à la recherche, chantier-école, formation aux scolaires – histoire, archéologie, aspect identitaire -) à travers la création d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) qui mettrait en lumière l’évolution de notre région tant au niveau culturel qu’au niveau territorial et naturel pendant les 2 millénaires qui nous ont précédés.

    Il va néanmoins sans dire qu’un projet d’une telle envergure notamment touristique ne pourra se réaliser qu’avec une vraie volonté des maires adhérents et de la communauté de communes Coeur d’Yvelines, voire du Conseil Départemental et du PNR.

    Pour en savoir plus sur la Cité des Dieux et la ferme d’Ithe : l’Echo du Parc N° 55 de mai 2012

     

     


    votre commentaire
  • Des centaines de plantations forestières ont été réalisées sur le site de la déviation de la RN12 en entrée de ville à Jouars-Pontchartrain dans les années 2000. C'est notamment le cas sur la dalle de couverture du tunnel à Chennevières à hauteur du rond-point de Chateauvillain. Lors de la Poétique du Paysage en 2013, l'endroit a été baptisé  : Portes de la Plaine avec un magnifique point de vue sur l'église de Jouars et son allée de platanes.

    Par ailleurs, le PNR pointe dans la déclinaison communale du Plan Paysage et Biodiversité 2 espaces publics partagés à valoriser qui semblent être, sur plan, des lieux de parking. Les Portes de la Plaine et éventuellement leurs abords ne pourraient-ils pas avec un peu d'entretien et d'aménagement léger constituer un superbe parc public partagé, notamment pour la population de Chennevières situé à l'entrée du bourg de Pontchartrain.

    Les portes de la Plaine : un espace à se réapproprier ?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique