• AfdpA et L’Art d’œuvre ont ouvert leurs portes à Maurepas

    Dans le cadre de la journée portes ouvertes des architectes, Fred et Aurélie ont accueilli le public les 12 et 13 juin.

    Un projet qui fait rêver

    Une vision du XXIème siècle dans la Plaine de Jouars

    Fred était venu me voir en 2005 pour préparer son premier mémoire d’études sur l’analyse et l’intégration des voies dans le paysage. Depuis, il a poursuivi son cursus et a obtenu son diplôme d’architecte en 2007 à l’ENSA de Versailles avec un énorme travail sur son mémoire de fin d’études concernant la création d’un pôle d'animation culturel et touristique, à proximité de la ferme d’Ithe. Le projet avait pour ambition de rendre visible la trace du passé sur le lieu de la ville antique de Diodurum, de constituer un point de repère à partir de la déviation de la RN12 et d’anticiper toute velléité d’urbanisation galopante le long de cette voie 2000.

    Avec Fred, nous nous étions revus à plusieurs reprises lors des ateliers du Plan Paysage et Biodiversité sur la Plaine de Jouars sans pour autant que je le resitue. Puis, il y a une semaine, il est passé à la librairie de Maurepas alors que j’y faisais une dédicace et c’est à ce moment que j’ai reconstitué le « puzzle » ! 

    Pendant deux heures, hier soir, il m’a expliqué les tenants et aboutissants d’un projet qui, même s’il ne voit jamais le jour pour diverses raisons d’ordre politique et économique, mérite d’être connu, notamment des chartripontains.

    Avis d’un des membres du jury : « Le mémoire était très bien monté et par rapport à tous les autres dossiers présentés  il avait le mérite d’avoir très bien intégré une vision de ce que pouvait être un musée dans la plaine pour mettre en valeur le site de Diodurum en conservant l’espace naturel et les perspectives. Il intégrait aussi l’intérêt culturel et attractif d’un site unique dans les Yvelines ».

    Les journées du patrimoine de septembre 2015 ayant pour thème le patrimoine du XXIème siècle, une histoire d’avenir, il serait opportun de monter cette exposition à la ferme d’Ithe : ce que POURRAIT ÊTRE le paysage de la plaine à Jouars-Pontchartrain à l’horizon 2050 ! 

    En tout cas, les architectures, intérieure comme extérieure, produites par les ateliers d'Aurélie et Frédéric sont de haute qualité, n’hésitez pas à les contacter pour vos projets d'aménagement de votre habitat ou autre :

    - Fred (AfdpA) : 06 07 62 44 75
    - Aurélie (L’Art d’œuvre) : 06 76 58 99 35

     


    votre commentaire
  • Toutes les Nouvelles de Versailles : 1968 et 1969  à Pontchartrain
    Le clocher de Jouars et la magnifique allée qui y conduit
    à travers une riche campagne récemment moissonnée

    Début octobre 1968, sur la RD 134 à Sainte Appoline, un cerf de 200kg est mort renversé par un automobiliste chartripontain habitant rue des Roussières.

    A la même époque, est découvert à Élancourt Village le corps de Stéphan Markovic, ancien garde du corps d’Alain Delon, enveloppé dans une toile de jute. Les premières investigations de la police et de la justice mettent en lumière l’organisation de « parties fines » dans des propriétés aux alentours de Pontchartrain.

    En décembre de la même année, une première affiche de promotion pour la Résidence du Bois du Four apparait à Neauphle-le-Château.

    En mars 1969, le chantier d’un Centre horticole modèle s’ouvre au Tremblay-sur-Mauldre pour une mise en service à la fin de l’année.

    À l’été 1969, les relais gastronomiques de Pontchartrain sont mis à l’honneur ainsi que le château et la Païva !

    Lien sur la naissance de la ville nouvelle à l'ouest de Trappes dans les années 68-69

    Lien sur le Centre Horticole du Tremblay s/Mauldre


    votre commentaire
  • Si je me réfère aux derniers journaux municipaux d'Elancourt et de Jouars-Pontchartrain, les inondations de 2014 pourraient s'expliquer en partie  par le manque d'entretien des berges dans certains espaces privés. Je m'étais amusée lors de la parution de ma randonnée romancée "Séraphine, une chatte noire dans la vallée de la Mauldre" à construire un petit quiz sur cet aspect dans le bassin versant de la Mauldre (validé par le COBHAMA).

          Télécharger « Questions.pdf »                               Télécharger « Réponses.pdf »

    Et comme je l'écris dans mes lettres entrelacées d'Elancourt et Ergal, il serait souhaitable que les élus du PNR (Jouars-Pontchartrain) se rapprochent de ceux d'Elancourt et Maurepas (Ville Nouvelle de SQY) pour mieux gérer les risques de débordement !
    L'idéal serait que les villages d'Elancourt et Maurepas puissent intégrer le PNR : chose que je n'ai pas osé écrire dans mon livre mais qui me parait essentiel aujourd'hui, ne serait-ce que pour préserver l'ensemble de la plaine qui s'étire jusqu'à Montfort !


    votre commentaire
  • P1060219
    Rue des artisans à Jouars-Pontchartrain

    Atelier n°4 :

    Comment accompagner le développement d'une urbanisation de qualité à proximité des principaux axes de mobilités ? Vers des zones d’activités exemplaires ?

    - mutualiser les chefs d'entreprise d'une même zone
    - introduire des espaces de convivialité (café, aire de pique-nique...)
    - introduire de la végétation (arbres, haies, mise en herbe des places de parking et allées piétonnières, récupération des eaux pluviales)
    - mixer habitat/emploi

     

     


    votre commentaire
  • Le Plan Paysage et Biodiversité de la Plaine de Jouars (suite 1)   Le Plan Paysage et Biodiversité de la Plaine de Jouars (suite 1)
     

     

     

     

     

     

     

       La plaine et Pontchartrain vus de Neauphle      Entre Grosrouve et La Queue-lez-Yvelines

    Au-delà des 4 plans guides prévus pour le printemps 2015, les recommandations communales seront déclinées à l’été 2015.
    Les 2 ateliers du 20 novembre à Méré organisés et animés par le PNR avaient pour objectif de faire s’exprimer les participants (élus, agriculteurs, habitants…) sur les 2 thématiques suivantes :

    1. Comment reconquérir les fils d'eau d'un point de vue des usages, des paysages, de l'écologie ?    à partir de l’identification de faiblesses telles que :
    - des difficultés à repérer certains cours d’eau dans le paysage
    - l’éventuelle perte de murs végétaux autour des mares
    - l’érosion
    - la présence d’animaux (chevaux notamment) en bordure de rivière

    2. Comment favoriser une diversification des pratiques agricoles ? Vers une agriculture de proximité dans les vallons ? à partir de l’identification des faiblesses telles que :
     
    - la perte de diversification agricole (vergers, cultures maraichères)
    - la séparation frontale entre habitat et espace agricole

    Des exemples de réalisations ont été présentés par le PNR qui a, par ailleurs, bien insisté sur le fait que rien n’est imposé, notamment vis-à-vis des agriculteurs.

    Les 2 prochains ateliers auront lieu le 2 décembre à Galluis sur les 2 thématiques suivantes :

    1. Comment aménager de véritables lisières urbaines et retrouver des vues sur la plaine depuis les centres bâtis ?
    2. Comment accompagner le développement d'une urbanisation de qualité à proximité des principaux axes de mobilités ? Vers des zones d’activités exemplaires ?

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique