• Les canards du Pré des Fontaines

    Pour des besoins de tournage d'une petite vidéo en milieu naturel vivant (cliquez sur l'image du dessus), je suis allée observer les canards pendant une petite demi-heure !

    Les canards du Pré des Fontaines


    votre commentaire
  • A la fin du siècle dernier, il aura fallu une trentaine d’années pour que la décision soit prise de réaliser la déviation de la RN12 à Jouars-Pontchartrain, hésitant entre un tracé au nord de Neauphle-le-Château et un autre au sud du château de Pontchartrain. Avec 35 000 véhicules par jour, la situation devenait insoutenable pour les riverains. Le tracé Nord touchant une zone déjà bien urbanisée, celui du Sud fut retenu mais avec de fortes contraintes paysagères et environnementales. Préservation de :

    -  la perspective Le Nôtre de Sainte Appoline à Montfort via l’avenue du Château,
    -  la plaine agricole de Jouars,
    -  l’alignement d’arbres de l’allée de Jouars (3 arbres abattus)
    - la cité gallo-romaine de Diodurum avec fouilles préventives et ensevelissement sous la déviation,
    - le cadre de vie au hameau de Chennevières via une tranchée couverte.

    Pour voir le reportage complet (14 pages PDF) cliquez sur le plan ci-dessous 

    Et si la déviation de la RN12 m'était contée à Jouars-Pontchartrain

    A l’été 2001, Jouars-Pontchartrain organisa une grande fête sur la nouvelle voie 2000 avant sa mise en service. S’en suivit la sécurisation et la re-végétalisation des berges et merlons, des abords des bassins de rétention et  du dessus de la tranchée couverte, puis la réhabilitation de l’ancienne nationale en route départementale dans le centre-bourg (RD912). La Place Ronde fut ainsi restructurée et ses bâtiments furent inscrits à l’inventaire supplémentaire des bâtiments de France en 2002. Mais en 20 ans, force est de constater une recrudescence du trafic routier dans le bourg.

    Et si la déviation de la RN12 m'était contée à Jouars-Pontchartrain 

    Aujourd’hui, nous avons un axe structurant est-ouest entre bourg et parcelles agricoles qui s’intègre relativement bien dans le paysage remarquable de la plaine de Jouars. La tranchée couverte a été totalement végétalisée. A noter que malgré cela et la présence de hauts merlons en sortie de tunnel, un souffle lancinant monte vers le hameau de Chennevières et contribue largement à la pollution sonore de ses habitants !

    Une passerelle permet par ailleurs aux cervidés de traverser la déviation avant l’entrée du tunnel dans le sens Paris-province.  Mais il serait également judicieux de recréer des couloirs écologiques à hauteur des bassins de rétention entre la plaine et le Fond de Bienval ou le parc du château.


    votre commentaire
  • Petit détour aujourd'hui par les espaces paysagés situés de part et d'autre de la rue de Châteauvilain descendant vers Chennevières ainsi que sur la tranchée couverte de la RN12 : un exemple de reconstitution d'espaces verts après les travaux de grande envergure des années 2000. Pour voir le reportage complet, cliquez sur l'image ci-dessous (5 pages PDF). Le nom de Portes de la Plaine a été attribué en 2013 suite à un concours communal remporté par mon mari.

    Les Portes de la Plaine à Chateauvilain


    votre commentaire
  •  

    JOUARS-PONTCHARTRAIN, CENTRE TEMOIN DE L’EVOLUTION

    Bref historique

    Dans les années 1970, des photos aériennes identifièrent la plus grande cité gallo-romaine d’Île-de France dans la partie sud du parc et des terres agricoles du château de Pontchartrain, de part et d’autre de la RD 23, à la fois sur la commune du Tremblay s/Mauldre et sur celle de Jouars-Pontchartrain, de chaque côté de la Mauldre.

    Dans les années 2000, des fouilles préventives furent entreprises sur le tracé de la déviation de la RN12 sous la houlette de l’archéologue, Olivier Blin. Des centaines d’objets furent alors extraits avant l’enfouissement des vestiges de la ville sous le tracé de la RN12.

    Aujourd’hui les fouilles se poursuivent sur le site de la ferme d’Ithe (ancienne ferme cistercienne, occupée jusqu’au milieu du XXème siècle), côté Tremblay sur Mauldre, ainsi que la restauration et la valorisation de la ferme moyenâgeuse à l’aide d’étudiants, de chantiers-école et de bénévoles de APSADiodurum (association sise à JP et créée par l’ancien maire de la commune).

    L’établissement d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) subventionné par la DRAC et ouvert au public est aujourd’hui acté in situ au lieu de la ferme d’Ithe, considérant que la ville gallo-romaine de 40 hectares est exceptionnelle de par la qualité de sa conservation dans la nappe phréatique et de par la continuité de son occupation de l’Antiquité au Temps modernes. 

    2 perspectives d’évolution

    Selon le souhait d’Olivier Blin, ce CIAP pourrait également s’inscrire à terme dans un programme universitaire plus vaste du bassin de la Mauldre sous la forme d’un programme collectif de recherche.

    Le château de Pontchartrain vient par ailleurs d’être vendu accompagné de son parc « avant » jusqu’aux limites de la pièce d’eau. La municipalité actuelle aimerait se porter acquéreur du reste du parc sur le territoire communal. 

    Le projet

    Malgré ses atouts patrimoniaux, la commune ne possède pas d’activité phare pour le moment. Si un programme collectif de recherche venait à voir le jour sur le bassin de la Mauldre, des étudiants, des chercheurs, voire des artistes, seraient à accueillir en résidence, en sus des chantiers-école. Et le plus judicieux serait de les accueillir au plus près du CIAP. L’idée serait donc de créer un mini campus en face de la ferme d’Ithe dans le parc du château, à proximité du lieu le plus dense de Diodurum, avec notamment son théâtre romain dont la forme demi-circulaire pourrait servir d’exemple architectural au futur bâtiment. 

    Les avantages

    -  valorisation du patrimoine historique et naturel au niveau intercommunal
    - apport d’une population jeune d’horizons variés (il pourrait être possible d’accueillir également des jeunes compagnons du devoir dont la maison d’Epône est en cours de fermeture)
    - échanges internationaux
    - satisfaction d’un besoin en logements classés dans la catégorie « sociaux »
    - apport de vie au sein du parc paysager

    I have a dream : Jouars-Pontchartrain à l'horizon 2030


    votre commentaire