• Assez de toutes ces confusions sans cesse distillées dans l’opinion !!! Il faut reconnaître que c’est facile compte tenu de notre sempiternelle complexité à la Française. Mais il suffit de consulter Internet pour rétablir la vérité.

    Jouars-Pontchartrain dans un découpage territorial complexe

     

    NON : Jouars-Pontchartrain n’est pas dans le Grand Paris.

    OUI : Jouars-Pontchartrain est dans l’Agglomération  Parisienne (classement INSEE) comme le sont Le Tremblay s/ Mauldre, Saint-Rémy-l’Honoré, Bazoches s/Guyonne, Neauphle-le-Vieux, Villiers-Saint-Frédéric et Neauphle-le-Château, toutes appartenant à la Communauté de Communes Cœur d’Yvelines CCCY et situées à la frontière Est de la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines *.

    OUI : Jouars-Pontchartrain se veut encore rural en appartenant au Parc Régional de la Haute Vallée de Chevreuse PNR.

    * SQY : Bois d’Arcy, Coignières, Elancourt, Guyancourt, La Verrière, Magny-les - Hameaux , Maurepas, Montigny-le-Bretonneux, Plaisir, Trappes, Voisins - le- Bretonneux


    1 commentaire
  •  

    Je ne veux plus que Jouars-Pontchartrain s'appelle ville !
    Vue sur les toits de Jouars-Pontchatrain (rue Mazières)

    Ville, bourg, village et hameaux…
    2000 serait le nombre critique d'habitants en milieu rural pour passer  d’un village à un bourg, puis 5000 habitants pour passer d’un bourg à une ville (milieu urbain). Or, ce n’est pas si simple ! Jouars-Pontchartrain compte semble-t-il au dernier recensement, un peu plus de 5700 habitants mais c’est sans compter que la commune (2500 logements) soit répartie en 6 hameaux (représentant environ 1000 logements) séparés par la plaine de Jouars et rattachés à un centre d’environ 1500 logements, avec mairie, église et commerces qui le différencient de ses hameaux. Jusqu’à ce début 2020, le seul centre comprend donc moins de 5000 habitants, nombre couperet qui  lui ferait abandonner son caractère rural.  

    D'un point de vue sémantique :
    - Jouars-Pontchartrain est une commune
    - Pontchartrain en est le centre-bourg
    - Chennevières, La Richarderie, Ergal, Jouars, Les Mousseaux et La Dauberie sont des hameaux rattachés à Pontchartrain.

    Coup de gueule : à partir d’aujourd’hui et jusqu’à nouvel ordre, EXIT les mots  de : ville, centre-ville, hôtel de ville, voire même quartier... Notre commune est rurale de par la présence d’une plaine agricole en son sein mais également de par sa configuration démographique.

    Le nouveau PLU de fin 2019 annonçant une urbanisation de 700 à 900 nouveaux logements en centre-bourg le ferait devenir irréversiblement un centre-ville appartenant à une petite ville, dépouillée de son caractère rural, y compris celui de ses hameaux qui deviendraient alors sa petite banlieue, particulièrement pour Chennevières qui jouxte le bourg, me trompe-je ?

    Article Le Telegramme-04-02-2020

     


    votre commentaire
  • Spectacle de rue prévu le 20 mars 2016. Manque de discernement  dans la manipulation d’un oxymore (Figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires. Ex : un silence éloquent).  Enfin… selon moi ! Au lecteur de bâtir son propre jugement. Personnellement, j’aurais opté pour un nom moins agressif sans oxymore,  comme "Farce de rue" ou "Attrapes dans la rue" !

    Rappel des définitions :

    Guet-apens :

      • Embuscade préparée contre quelqu'un pour exercer sur lui des actes de violence. Ex : attirer quelqu'un dans un guet-apens
      • Dessein prémédité ou sournois de nuire à quelqu'un ou de le mettre en difficulté. Ex : son invitation était en fait un guet-apens

    Poétique :
     
    Qui est capable d'émouvoir la sensibilité, l'imagination par ses caractères originaux, son charme.
    Ex : Paysage poétique.

    Trait d’humour habituel de mon cher et tendre époux : le Président de la République reçoit une invitation pour un Guet-Apens poétique. À votre avis, se déplace-t-il avec des troubadours ou avec le GIGN ?


    votre commentaire
  • Blason ou logo communal ?

    Ce n’est pas la première fois que je me pose la question au niveau communal de la différence que l’on doit faire entre un blason et un logo. Pour celles et ceux que cela intéresse,  voici un résumé d’un document de la Commission Nationale d’Héraldique au sein du Ministère de la Culture et de la Communication.

    Le blason est l’emblème intergénérationnel des habitants d’une commune exprimant leur ancrage dans l’histoire et le territoire. Le blasonnement (description du blason) obéit à des règles héraldiques très précises et intemporelles. Le style du dessin relève de la propriété intellectuelle de son créateur.

    Le blason est donc chargé de significations pour tous les habitants et ceux des alentours. Il est attaché au nom de la commune Il sert de repère et d'appartenance à la communauté et traverse les époques.

    Le logo est uniquement la signature d’une municipalité qui est soumis aux règles de la communication contemporaine imposant son renouvellement périodique. Il ne traverse donc pas les époques.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique