• Nom de la commune : JOUARS-PONTCHARTRAIN

    Gentilé (nom des habitants) : Chartripontain – Chartripontaine

    Je commencerais par une petite anecdote. Lorsque l’on me demande d’épeler Pontchartrain pour l’écrire, je réponds tout simplement :

    PONT comme un pont (ouvrage d’art pour assurer une liaison),
    CHAR comme un char (véhicule à roues, tiré au sens premier, par des animaux),
    TRAIN comme un train (ensemble de véhicules allant dans le même sens et constituant une unité de transport).

    Des habitants organisés en convoi pour assurer la liaison

    entre le passé, le présent et l’avenir  

    Un oxymore se glisserait-il dans l’identité d’une commune d’avenir ?
    Clin d'oeil à La Cavalcade de 1912

    Etymologie : PONT CHARTRAIN, Pont sur la Mauldre vers Chartres. 

    Toponymie : (Extrait CAIRN - Eric Delattre dans Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2007/2 (juillet), pages 269 à 291). La commune est l’espace d’organisation administrative le plus proche des citoyens. C’est aussi et surtout un espace de développement économique, social et culturel, un espace de liberté, de participation à la vie de la communauté. Depuis plus ou moins longtemps, les élus locaux s’efforcent de donner une image valorisante de leur commune, à travers des outils variés tels que les journaux municipaux, les logotypes et autres emblèmes, les sites Internet, les manifestations culturelles... L’efficacité de la communication suppose néanmoins une concordance, ou du moins un rapprochement, entre l’image transmise et l’identité réelle. Elle suppose également une cohérence de l’ensemble des messages. Au-delà de la communication, l’enjeu est de considérer et promouvoir la commune comme une véritable marque s’adressant à une multitude de parties prenantes (résidents, touristes, employés municipaux, politiciens, commerçants, artisans, dirigeants d’entreprise, investisseurs potentiels...). Dans cette optique, la réflexion sur le nom prend toute sa place

    Attribut du nom (un peu comme un prénom) : le blasonnement dont le meuble principal est le PONT.

    Sémantique : PONT, passerelle entre urbain (SQY) et rural (plaine de la Haute Mauldre), passerelle entre bourg et hameaux, passerelle entre antiquité (Diodurum) et modernité (smart city ou Petite ville de demain !), PONTCHARTRAIN, nom du lac et de son pont dans le NOUVEAU MONDE !

    Symbolique des couleurs en communication visuelle : - vert : nature et plein air – jaune : tourisme et agro alimentaire – rouge : attractivité et dynamisme.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Etymologie : JOUARS, évolution phonique de Diodurum.

    Image de marque de la municipalité : logo représentant l’église Saint-Martin de Jouars.

    Extrait du site internet de JP – Votez pour le futur logo » : Quand le moment est venu de définir ou préciser son identité sociale et culturelle, expliquer son identité politique et communiquer à l’extérieur son attractivité territoriale, le moment est tout indiqué pour redéfinir son logo et sa communication visuelle qui supporteront cette projection vers l’avenir. 

    Sémantique : EGLISE SAINT-MARTIN DE JOUARS, lieu de culte dédié à l’évangélisateur Saint-Martin dans la Gaule Romaine.

    Symbolique des couleurs en communication visuelle : - prédominance du bleu : technologies et informatique mais délaissement du - rouge : attractivité et dynamisme.

    N’y aurait-il pas contradiction entre le graphisme et le message

    que l’on souhaite véhiculer ?


    votre commentaire
  • En marge des nombreux échanges sur les réseaux sociaux auxquels je me refuse de participer, je persiste à penser que le maintien de notre blason en tant qu’identité visuelle de notre commune est le meilleur choix (avec une devise éventuelle accompagnant le nom de Jouars-Pontchartrain en toutes lettres hors dessin du blason).

    Pour mémoire, mes 2 articles (de fond) précédents :

    Proposition-de-vote-sur-un-nouveau-logo-chartripontain-a207633996

    L-identite-visuelle-de-jouars-pontchartrain-a207600978

    Je me suis amusée à revoir le dessin de notre blason dans des lignes graphiques plus modernes et plus épurées. Attention, je ne suis pas graphiste et ne suis pas équipée des outils pour ce faire, il s’agit simplement d’en présenter l’idée….

    Un nouveau dessin du blason de JP ?

         L'identité visuelle de Jouars-Pontchartrain

     

    Description en langage héraldique (la symbolique) : 

    Sinople : émail vert qui ne change pas.  

    Pont alésé : meuble au métal jaune ne touchant pas les bords de l’écu –  Le pont sur la Mauldre pour aller vers le pays de Chartres se modernise en un pont sur le lac de Pontchartrain en Louisiane.
    Chef de gueules semé : bandeau rouge en haut de l’écu qui ne change pas.
    Quartefeuille d’or : meuble au métal jaune, fleur stylisée à quatre pétales pointus que j’ai redessinée et dont j’ai changé le nombre (6 hameaux). Je précise que quartefeuille n'est pas fleur de lys.

    A noter : il semblerait que j’aie oublié dans la description de mes articles précédents, pont alésé d’une arche maçonnée de sable. Auquel cas, il serait donc souhaitable d’habiller le pont de pierres aux contours noires.

    Hormis la symbolique du pont s'élançant vers l'avenir, sa recomposition fait appel à la notion de perspective (Le Nôtre et allée de Jouars vue du rond-point du château avec ses platanes).

    Une excellente base de réflexion à expérimenter sur l’identité, l’histoire, les arts graphiques…… avec les élèves de primaire et du collège : avis à bon entendeur.


    votre commentaire
  • Proposition de vote sur un nouveau logo chartriPONTain

    Voici ce que j'écrivais, il y a 4 jours : "On ne peut pas mettre les habitants devant le fait accompli en leur proposant de choisir entre 3 versions de logo alors même que l’on a déjà décidé de toucher à l’identité visuelle de la commune en abandonnant la symbolique du nom de PONTchartrain  ! "

    Eh bien c'est fait et osé depuis quelques heures par la municipalité, avec une argumentation plus ou moins contestable* mais surtout sans proposer l'alternative du maintien de l'emblème de la commune entrant dans son patronyme qui est le PONT !

    * Il n'est notamment pas expliqué par la municipalité :

    - que le Ministère de la Culture et de la Communication recommande que le logo reprenne au moins un élément héraldique du blason communal.
    - que le blason n'est pas tant l'emblème de la municipalité que celui partagé par tous les habitants du territoire communal (élément d'appartenance et de reconnaissance). Quid des médailles du travail par exemple ?
    - la différence à faire entre le blasonnement (description de la symbolique en langage héraldique) qui est immuable et appartient à tous et le blason qui en est sa représentation graphique par un auteur et qui peut donc 
    être redessiné par un autre dans le respect du blasonnement.

    Précision : les fleurs de notre blason ne sont pas des fleurs de lys mais des fleurs stylisées à quatre pétales pointus (trèfle à 4 feuilles).

    Sans compter l'introduction de l'église de Jouars (si belle soit-elle) dans le logo communal. Laïcité, où es-tu ? D'après la municipalité, le blason représenterait le passé et le logo l'avenir. Le pont avec toute sa symbolique serait donc à "mettre au placard" et l'église représenterait notre avenir ???

    Pour rappel et sans commentaire, voici la définition du bloc marque de l'Etat Français, indépendant du gouvernement en place, avec son emblème : la Marianne : symbole de l'Etat


    4 commentaires
  • La volonté de la municipalité de changer l’identité visuelle de la commune via la création d’un logo est à nouveau à l’ordre du jour sous prétexte du manque de modernité de notre blason ! La question s’était déjà posée au début du mandat précédent en 2015 alors que notre maire actuel était adjoint aux finances : il y a-t-il un lien de cause à effet ? A l’époque, mon mari et moi-même avions été entendus et écoutés par le maire en place et notre identité passant par notre blason avait été maintenue jusqu’à aujourd’hui.

    L'identité visuelle de Jouars-Pontchartrain

    Le sujet de l’identité communale est suffisamment important pour que l’on s’y attarde, notamment sur la signification d’un blasonnement. A l’heure de la démocratie participative prônée par notre municipalité, le sujet mériterait une place de choix dans l’atelier citoyen «Mémoire vivante de la commune ».

    Le blasonnement
     
    Le blasonnement d’une commune est l’emblème pérenne, intergénérationnel, représentatif pour TOUS de son ancrage dans l’histoire et le territoire. Le blason est un attribut du nom de la commune et à ce titre, il en est sa représentation identitaire. Le blasonnement de Jouars-Pontchartrain a eu lieu sous une des mandatures de Jean-Louis Fanost avec délibération en conseil municipal sur le texte de description ci-dessous, délibération qui a officialisé son existence légale.

    L'identité visuelle de Jouars-Pontchartrain  Blason ou logo communal ? 


     
    Description en langage héraldique (la symbolique) :
    Sinople (plutôt rare) : émail vert  
    Pont alésé : meuble au métal jaune ne touchant pas les bords de l’écu – Symbolisant le pont sur la Mauldre pour aller vers le pays de Chartres.
    Chef de gueules semé : bandeau rouge en haut de l’écu.  
    Quartefeuille d’or : meuble au métal jaune, fleur stylisée à quatre pétales pointus. 
     
    Le dessin reste de la propriété intellectuelle de son créateur mais son utilisation peut être prescrite de manière exclusive aux services communaux en tant que « logo » comme il l’est aujourd’hui : utilisation sur les supports numériques, le journal municipal, le papier à en-tête, les éléments de signalétique, les véhicules et bâtiments communaux, les médailles, badges, T-shirts, cartes de visite, etc...  
    Le style du dessin peut évoluer dans le temps alors que la symbolique héraldique est intemporelle, à la fois ancienne et moderne.

    Hommage à Henri Leroux

    Henri Leroux,  habitant d'Ergal est décédé en 1993. Premier adjoint au maire de 1971 à 1983, puis ensuite maire adjoint honoraire, il a marqué de son empreinte un certain nombre de travaux. C'est à la suite de ses recherches et de ses études que le blason de Jouars-Pontchartrain a été publié en 1974.

    Le logo
     
    Le logo est une signature d’une municipalité, donc non pérenne qui appelle un renouvellement périodique et engendre des coûts structurels non négligeables à chaque renouvellement (coût de la création, coûts de mise à jour sur tous les supports).

    Il est par ailleurs recommandé dans le cas d’une cohabitation avec le blason que le logo reprenne un minimum de la symbolique du blason (meubles, émaux ou métaux). Le meuble « pont » est de ce point de vue essentiel et porteur de sens (et fut même un argument avancé en son temps par le maire actuel dans son intervention en conseil municipal du 18 décembre 2019 pour le vote du PLU).


    L'identité de marque de la municipalité

    Si la municipalité souhaite à tout prix apposer sa marque, plusieurs alternatives s’offrent à elle pour personnaliser son action sans « mettre de côté visuellement » le blason :

    1. redéfinir une charte graphique représentative de sa politique qui intégrerait le blason sur tous les supports numériques (site Web, page Facebook, newsletter…) et sur le journal municipal, 

    2. ajouter une devise (phrase « conjoncturelle ») représentative de ses intentions hors dessin du blason, 

    3. faire évoluer le style du dessin du blason. Dans ce cas, les conseils de la Commission Héraldique du Ministère de la Culture seraient les bienvenus. Le changement de propriété intellectuelle serait alors à prendre en compte ainsi que les coûts de mise à jour (peut-être de façon progressive) sur tous les supports.

    En conclusion

    En tout état de cause, une information complète sur le blasonnement, le logo, les fonctions de chacun, les coûts induits par les changements visuels, est un préalable à une consultation de la population. On ne peut pas mettre les habitants devant le fait accompli en leur proposant de choisir entre 3 versions de logo, comme cela est prévu, alors même que l’on a déjà décidé de toucher à l’identité visuelle de la commune en abandonnant la symbolique du nom de PONT chartrain  ! 
    Il est à noter par ailleurs qu'il est l'un des plus longs du monde sur le lac éponyme de Louisiane avec laquelle la commune est jumelée...

    L'identité visuelle de Jouars-Pontchartrain

    NB : les documents officiels de la municipalité doivent être en noir et blanc.


    votre commentaire
  • Suite de : Jouars Pontchartrain dans un découpage territorial complexe

    Vous me dîtes Agglomération Parisienne ?

    Le nerf de la guerre à Jouars-Pontchartrain  repose sur son nombre d’habitants (5700 avec ses hameaux qui en représentent 40%). En effet, comprise dans l’Agglomération Parisienne (unité urbaine de Paris) par l’INSEE, notre commune de plus de 1500 habitants est assujettie à la loi SRU l'obligeant à offrir 25% de son parc immobilier en logements sociaux. En soi, cette obligation n’est pas critiquable sauf que plus on construit, plus la base de calcul augmente sans fin ! Je cherche donc à comprendre quels sont les critères de classement de notre commune par l’INSEE dans une unité urbaine.

    Définition INSEE : La notion d’unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d’habitants. Les unités urbaines sont construites en France métropolitaine et dans les DOM d’après la définition suivante : une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants.

    Si l’unité urbaine se situe sur une seule commune, elle est dénommée ville isolée.

    Si l’unité urbaine s’étend sur plusieurs communes, et si chacune de ces communes concentre plus de la moitié de sa population dans la zone de bâti continu, elle est dénommée agglomération multicommunale.

    Si une de ces communes concentre moins de la moitié de sa population dans la zone de bâti continu mais qu’elle y concentre 2 000 habitants ou plus alors elle constituera une unité urbaine isolée. L’agglomération de Paris désigne l’agglomération multicommunale contenant Paris. Enfin, on désigne par « commune hors unité urbaine », les communes non affectées à une unité urbaine.


    Mais c’est sans compter un oubli de taille dans la définition de l’unité urbaine de l’INSEE : une commune ou un ensemble de communes, à laquelle il faut ajouter
    préalablement définies comme urbaines (par opposition à rurales).


    Se pose alors la question de savoir ce qu’est une commune urbaine :

    - commune partiellement ou totalement couverte par une zone bâtie continue sans coupure de plus de 200 m entre 2 constructions (autant dire : dans un rayon de 200 m). Cette zone bâtie peut s’étendre sur plusieurs communes. Pour JP : NLC et VSF

    - zone bâtie d’au moins 2000 habitants. Pour JP : le bourg

    - la moitié au moins de la population communale doit résider sur cette zone bâtie. Pour JP : la moitié de 5700 habitants = 2800

    Selon l’INSEE, Jouars-Pontchartrain est donc une commune urbaine comprise dans l’Agglomération Parisienne. (Celle-ci étant formée de communes urbaines contigües, le pré-requis étant de savoir si la commune est urbaine ou rurale). 

    A noter que depuis novembre 2020, l'INSEE distingue la notion de commune dense (1) de celles de densité intermédiaire (2), de peu dense (3) et de très peu dense (4). Jouars-Pontchartrain est classée de densité intermédiaire par l'INSEE ainsi que toutes les communes de la CCCY faisant partie de l'Agglomération Parisienne.

     

    Rappel de la Loi SRU :

    25 % ou 20 % de logements sociaux pour certaines communes.
    En application de la loi n°2013-61 du 18 janvier 2013, les obligations de construction de logements sociaux ont été renforcées. Les communes de plus de 3 500 habitants (1 500 habitants dans l’agglomération parisienne) appartenant à des agglomérations ou intercommunalités de plus de 50 000 habitants comprenant au moins une commune de plus de 15 000 habitants doivent ainsi disposer de 25 % ou 20 % de logement social, en regard des résidences principales, d’ici 2025. Le taux applicable dépend du niveau de tension sur la demande en logement social qui s’exprime sur le territoire concerné.

    Sans même la loi SRU, lquestion de l'Agglomération Parisienne faisait déjà débat à l'Assemblée Nationale en 1993  ! 

    A noter qu’en 2021 Bazoches-sur-Guyonne fait partie de l'unité urbaine de Paris mais que Saint-Germain-de-la-Grange en est sortie.

    On retiendra particulièrement la fin de la réponse :

    Cependant, il est à remarquer que les unités urbaines constituent un zonage destiné à servir de cadre a la production et à l'analyse de certains résultats, notamment en ce qui concerne les recensements de la population. Il s'agit donc d'un cadre d'étude d'ordre purement statistique, n'ayant aucun rôle juridique. Mais il s'avère que de nombreux textes se réfèrent à ce zonage, sans que l'INSEE soit consulté. Dans la mesure où l'application de telle ou telle disposition réglementaire fondée sur la délimitation des unités urbaines est exclusivement du ressort de l'administration qui en est a l'origine, il est conseillé de s'adresser à celle-ci pour ce qui est des conditions précises d'application, et notamment sur la possibilité d'obtenir une éventuelle dérogation.

    Notre classement en "densité intermédiaire" (niveau 2) nous différencie largement des communes limitrophes de Plaisir, Elancourt et Maurepas (SQY) qualifiées de denses (niveau 1). Cet aspect pourrait être un argument dans une négociation pour la réduction des obligations de construction fixées par l'Etat sur Jouars-Pontchartrain. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique