• Reconnue avec une amie de Montfort au mois de juin 2014 et de nouveau lundi dernier sous la pluie, j'ai décidé mardi, d'accomplir cette boucle avec le groupe de Jouars-Pontchartrain dans le sens des aiguilles d'une montre (à partir du parking de la piscine) afin de garder le meilleur pour la fin ! Rayons de soleil irisés sur l'église Saint-Pierre, les tours d'Anne de Bretagne et les chevaux à partir du chemin de Chateluis.

    Boucle entre Montfort l'Amaury et les Mesnuls

    Reportage complet 


    votre commentaire
  • Elancourt village et Ergal : pour moi, les mêmes racines et pourtant ?J’habite depuis 34 ans à Jouars-Pontchartrain qui fait partie du Parc Régional de la vallée de Chevreuse et je participe depuis 2 ans au Plan Paysage et Biodiversité de la plaine de Jouars à Montfort l’Amaury. Ecrivain autoéditée et spécialisée dans des balades illustrées, le dernier livret de cette trilogie constitue mon 16ème titre publié. 

    1er livret – juin 2014 : il s’agit d’un témoignage sur les liens de ma famille qui ont uni les villages d’Elancourt et d’Ergal, distants de 2 km. Ma mère était d’Elancourt et mon père d’Ergal. Ils se sont connus au moulin de Frécambeau qui n’existe plus aujourd’hui mais dont l’endroit est devenu la frontière physique entre SQY et le PNR. Pour ma part, j’ai habité à la sortie du village d’Elancourt (point de départ de la plaine qui s’en va vers Montfort),  de 1957 à 1979 j’ai passé une bonne partie de mes loisirs dans la maison de mon amie au hameau de Launay rattaché à Elancourt, à quelques centaines de mètres de Frécambeau et tous mes dimanches à Ergal dans la maison de ma grand-mère.

    En juillet, à la demande de ma sœur, j’ai adjoint à ce 1er livre, un livret généalogique de 16 pages (non publié) avec les noms, la nécrologie et des renseignements plus intimes sur les membres de ma famille.

    2ème livret – octobre 2014 : de quoi était faîte ma vie à l’époque ; l’école bien entendu, décrite dans le 1er livre, mais les lycées ensuite – St Cyr l’Ecole – Versailles – Paris, la ville de SQY était à son balbutiement à l’époque. J’ai adjoint à ce 2ème livre un livret publié de 16 pages sur la mode des années 70.

    3ème livret – novembre 2014 : en tant qu’habitante de la région depuis plus de 50 ans, j’ai vu naître et se développer SQY. J’ai écrit un mémoire de fin d’études sur les transports de SQY en 1988 et j’ai par ailleurs fait partie de l’équipe de construction du Technocentre Renault à Guyancourt. Quels sont mes liens aujourd’hui avec SQY ?

    L’après publication : les livres vivent, j’entends par-là que :

    - J’ai 11 années d’écart avec ma sœur ainée : depuis la parution du 1er livre, elle me parle plus facilement de ses souvenirs d’avant ma naissance.

    - J’ai à nouveau des contacts avec 4 personnes qui apparaissent dans les 2 premiers livres. J’en reçois une chez moi pas plus tard que demain ! Mes liens avec mon amie d’enfance, quant à eux, ne se sont jamais interrompus depuis notre enfance.

    - Je travaille actuellement sur un projet d’exposition sur les années 70 à Pontchartrain et je viens d’adhérer à l’association des Amis du Musée de la Ville de SQY.

    Les souvenirs des uns en appellent d’autres. Il n’est pas dit que je ne sortirai pas un jour le tout en un seul volume enrichi d’éléments nous traités dans cette trilogie. Car actuellement, de nombreuses scènes s’y cachent encore entre les lignes : volonté de ma part par respect pour le lecteur afin de ne pas éveiller chez lui un certain ennui. Si la demande venait à exister, je suis prête à aller bien plus loin dans mes souvenirs et recherches, voire même de motiver un éditeur.

    Reportage final sur TVFil 78

     


    votre commentaire
  •  Les Fleurs de Bach Les Fleurs de BachLes Fleurs de Bach

    Une amie m’a emmenée cet après-midi à Maurepas pour participer à un atelier sur les fleurs de Bach. Alors que je m’attendais à respirer de nouvelles senteurs, j’apprenais plutôt à repérer par l'image les fleurs qui pourraient réguler mes émotions afin de pouvoir mordre la vie à pleine dent. Dans mon cas, parmi les 38 fleurs du Dr Bach, la centaurée m'aidera à m’affirmer, la clématite à recentrer mon attention et le marronnier blanc à repousser toute rumination. L’atelier de 8 participantes,  animé par Fabienne, a eu lieu dans la boutique « Intuisens » flambant neuve.

     


    votre commentaire
  • B., de mon âge, a pris contact avec moi suite à la parution de mes lettres entrelacées d'Elancourt et d'Ergal. Elle a habité jusqu’en 1971 à Elancourt dans la même maison que mes parents et ma sœur avant que je naisse en 1957 ; de 1946 à 1957 plus précisément, dans la maison en face du Jardin des 5 sens  actuel.

    La maison des confitures et celle du maire
    La maison d'habitation de mes parents après guerre et celle d'un ancien maire,
    toutes 2 mitoyennes, en travaux actuellement

    Ma sœur me racontait le week-end dernier que, petite fille, elle appréciait beaucoup la compagnie de la mère de B, sa voisine. Et ce fut l’occasion pour elle de se remémorer de bons moments - que je n’ai pas vécus - dans cette maison, partagée en plusieurs appartements. Un grand et magnifique jardin s’étirait derrière cette dernière, empli d’arbustes à fruits tels les groseilles ou les mures… Il parait que notre mère passait à l’époque un temps infini à préparer toute sorte de confitures dans un grand fait-tout ! Il parait également que lorsqu‘elle se mettait à faire des crêpes, c’était par centaine qu’elle les distribuait généreusement autour d’elle.

    Plus tard, dans notre maison neuve, je me souviens plutôt des compotes de pomme, des clafoutis, des œufs au lait, des gâteaux de riz ou de semoule qu’elle préparait pour mon père et moi… Maman était très bonne cuisinière !

    Les souvenirs de ma sœur dans sa maison de naissance m’ont rappelé que dans les années 70, c’est le neveu de notre mère – par un de ses demi-frères - avec sa femme et leurs deux filles qui y habitèrent. Lorsque j’étais adolescente, j’allais souvent les voir alors que B., leur voisine, était partie vivre à Trappes avec ses parents.

     


    votre commentaire
  • Est-il encore possible pour Michel (Christian Clavier) de trouver un heure de tranquillité dans son appartement de Grosrouvre chez Mapstudio pour écouter son nouveau disque de jazz ? 
    Reprise d'une pièce de théâtre portée par Fabrice Lucchini dans son salon, élargi à un appartement par le réalisateur du film.

    Une heure de tranquillité (2014) de Patrice Leconte

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires